ÂM – Baba Alfa Umar – 2019

Quatrième de couverture

Les poèmes qui composent  ce recueil sont comme autant de fragments d’une seule et même âme. Baba Alfa Umar invite le lecteur à la découvrir et à ressentir tous ses troubles. Suivez- le pour vous emparer  du monde et le transformer avec bienveillance.

Mon Avis

Un recueil de poésie bilingue, français/anglais. Une très bonne initiative. Parler de l’humain. Des djinns. De la force de la vie. De la force des croyances est une ode à la vie. ÂM est un moment de partage. Un moment de questionnement aussi, sur l’humain. Sa place. Ses actions qui expliquent le Monde. Les forces qui désignent les mystères. Mystères de l’existence. Mystères des actes assujettis à la vie.

ÂM est un cri qui s’élève dans notre monde. Ce monde sourd. Ce monde aveugle. Ce monde manipulateur. Ce monde où l’humain peine à trouver sa place. Ce monde où l’humanité peut douter de son avenir.

ÂM est une interrogation. Celle d’un enfant du Fouta qui hurle son appartenance à ce peuple unique et multiple: les Peuls. Ce peuple qui est relié par la langue et la tradition. Une ode à ce peuple guerrier fier de ses racines, de son histoire, de ses enfants. Un homme chante la vie.  Chante son peuple. Chante sa terre. Chante ses terres. Il hurle ses doutes sur son identité.  Sur son avenir. Sur ses sentiments. Il offre au monde le pouvoir de parler de lui. Le pouvoir de douter de lui. Qui est-il? Que ressent-il? est-il double? Est-il unique?

ÂM est un recueil qui brille d’une humanité non contenue. Qui scintille de sentiments offerts sur l’autel du doute. Sur l’autel de l’identité. Sur l’autel de l’amour. Des mots qui swinguent. Dansent. Forts de liberté. Forts de vie. Des mots généreux. Comme une offre. Comme un don. Un don qui met à découvert l' »ÂM« .

Ma note 18/20

9782754743266   Editions du Panthéon    120 p.  13,90€

Publicités

Si j’avais su – Allison Forichon – 2018

Quatrième de couverture

La vie d’Elena Nohcirof bascule le jour où elle reçoit une lettre de sa tante Jessica. Alors qu’elle accepte de prendre l’avion pour la rejoindre, il s’écrase au milieu du désert de Goldhope. Seule survivante, elle y rencontrera Jackson, Mickael Shane et Spencer avec qui elle va vivre une aventure irréelle, d’exception et des plus surprenantes.

Mon Avis

Prendre l’avion alors qu’on a peur et  après avoir perdu ses parents dans un accident d’avion est très traumatisant. Alors, quand ce dernier s’écrase lui aussi, il est normal d’être terrifié. Que devient la vie? L’avenir? Les rêves? Tel est le destin d’Elena. Seul bémol, elle n’est pas seule. Le désert où elle se réveille grouille de vie. Et quelle vie! Entre réalité et cauchemar, Elena doit apprendre à survivre. A croire en elle et à une issue. Y a t-il une issue réelle? Quel est le prix à payer pour cette survie?

Avec Elena, nous vivons son intrusion dans ce monde où tout est nouveau pour elle, malgré la présence de ses amis. Quel est ce monde? Pourquoi y a t-elle atterri? Comment en sortir? Quel est son destin? Les questions fusent au rythme des pages, des chapitres. Les dangers, les batailles se succèdent. Se précisent sans pour autant  nous faire augurer de l’avenir d’Elena.

Si j’avais su. Une phrase  qui peut sembler banale. Mais, une phrase lourde de secrets. De mots tus. De maux tus. De mots bus. Une phrase lourde de forces inconnues. De situations insolubles. Fortes. Mystérieuses. Ce roman nous emporte dans une lecture frénétique. Hystérique, dans tous les sens du terme. Une lecture qui, doucement mais sûrement, nous fait ressentir les affres de la vie. Du regret. Du moment où le destin frappe aveuglément. Comme une arme incontrôlable. Une lecture qui nous envoûte et nous rend addictifs.

Si j’avais su nous transporte dans un monde fantastique. Un monde où la lutte  se veut acharnée. Une lutte où le destin fait un pied de nez à la vie. Une lutte pour l’espoir. Terrible. Humaine. Une lutte qui fait réfléchir. Une lutte qui emporte notre imagination. Une lutte forte qui pourrait faire dire à Elena « si j’avais su« .

Ma note 17/20

9781729323465    Autoédité    226 P.