Publié dans fiction, romans

La Môme-Hulotte – Andrea B. Cecil – 2018

Quatrième de couverture

Rose Magras, célèbre romancière à succès, mène une vie un brin mystérieuse et assez solitaire avec ses deux chats. Elle tolère néanmoins dans son quotidien la présence de son agent littéraire mais également de celle, jeune et dynamique, de sa « môme-hulotte ». Plusieurs évènements concomitants mais bien indépendants vont brusquement bouleverser son petit rythme, révélant finalement au grand jour un secret bien gardé. Rose, défaite, va finalement devoir se reprendre et se ré-apprendre…

Chronique

Qui est vraiment Rose, écrivaine de renom? Pourquoi un coup de fil a t-il mis fin à sa séance de dédicace avant qu’elle ne commence? Pourquoi raconte t-elle cette histoire abracadabrante à Solveig sa jeune voisine? Est-ce la vérité? Ce sont les premières questions qui viennent à l’esprit en lisant les premières pages.

La Môme-Hulotte est écrit à la première et à la troisième personne. C’est un roman raconté à deux voix. Un récit sur les aventures d’une écrivaine. Cette relation avec une parfaite inconnue. D’ailleurs que lui veut cette femme qui s’est insinuée dans sa vie? S’incruster serait le bon mot. C’est l’histoire d’un secret longtemps et lourdement gardé. Un secret qu’elle a appris à taire pour se donner une image lisse et quelconque.

Au fil des pages, nous découvrons une intrigue machiavélique qui se met en place. Pour détruire. Pour salir. Pour mettre à mal  quelqu’un juste pour de l’argent. Une histoire qui se termine pour donner le jour à une nouvelle aventure. La Môme-Hulotte nous parle de la facilité avec laquelle une vie peut être saccagée. Sans aucun remords. Avec froideur. Pour atteindre un but. Pour acquérir la notoriété. Ce n’est pas ce que nierait la Môme-Hulotte.

Note 18/20

9781983280214    Autoédition   240 p.   9,07€

Publicités