Publié dans Jeunesse, romans

Moi, Salikéra… – Elizabeth Fromenteau-Pucheu – 2019

Quatrième de couverture

Salikéra habite avec sa maman dans le sud de la France, un petit village des Albères, sur le bord de la Méditerranée. Ses cheveux très bouclés, son teint mat, son sourire aux dents blanches ne peuvent néanmoins cacher une « différence » que certains enfants à l’école, lui renverront cruellement. Mais qui est-elle donc? Qui est son père? Sa maman diffère toujours le moment de l’aveu. Nous découvrons Salikéra en classe de 6ème. Et en 6ème, elle estime qu’elle est déjà assez grande pour soulever le mystère qui pèse sur sa naissance. Un concours de circonstances provoqué par l’enfant va obliger sa mère à révéler enfin qui est ce père douloureusement absent. A la fin de sa quête, l’optimiste Salikéra va enfin faire ce grand voyage dont elle a toujours rêvé et qui donnera sens à sa vie, à sa naissance, à sa deuxième culture qu’elle va découvrir…

Chronique

Salikéra est une petite fille de onze ans. Elle découvre sa couleur métissée parce qu’on le lui a dit à l’école. Elle ne comprend pas trop pourquoi. Mais, ce n’est pas sa seule question. Qui est son père? Où est-il? Pourquoi sa maman n’en parle-t-elle jamais? Autre mystère: que cache ce courrier mystérieux qui vient de Nouvelle-Calédonie? Il émane peut-être de son père? Que de mystères…

C’est avec un grand plaisir que nous abordons la vie de Salikéra qui nous raconte son quotidien. Sa vie de préadolescente. Ses petits bonheurs. Ses amis. Sa vie avec sa maman solo. Seule ombre au tableau: Quelle est son histoire? Comment répondre, à chaque rentrée des classes, à la question des professeurs: Parlez de vos parents.

Moi, Salikéra… est tout en tendresse. C’est un doux cri, une douce révolte pour la découverte des origines. La recherche de la figure paternelle. La recherche du parent manquant.. Comment combler le vide laissé? Comment dire au parent présent que l’on se sent incomplet? Comment le lui dire sans le blesser? Sans éveiller en lui des sentiments de tristesse, de culpabilité? C’est bien difficile quand on a onze ans. Inutile de dire que la lecture est agréable et addictive et se fait d’une traite, tant la petite Salikéra nous emporte dans son monde. Elle sait qu’un jour, elle pourra dire Moi, Salikéra… Un jour je ferai un grand voyage.

Note 17/20

9782343166582    Editions l’Harmattan   Collection Portes Océanes  88 p.   12€

Publicités

Auteur :

Je suis une passionnée de littérature étrangère. Mon rêve, vous faire découvrir les littératures d'Afrique. Surtout, les écrivains méconnus pour la plupart. Vous êtes tous les bienvenus. Visitez mon blog, promenez, vous et, surtout, parlez-en autour de vous

Un commentaire sur « Moi, Salikéra… – Elizabeth Fromenteau-Pucheu – 2019 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s