Hautes Coutures – Bénédicte Heim – 2019

Quatrième de couverture

Mais alors dit-elle, en renouant ses lacets, si on ne peut pas tenir ensemble le soleil et la lune, comment on fait ? Elle levait un visage navré par endroits. Le ciel s’emplissait d’un air léger et délicat et l’homme, à ses côtés, cherchait une réponse qui ait valeur de poudre d’or. L’or qui poudrait le regard de cette fille. Elle sentait la cire d’abeille et la fleur de sureau, il ne la connaissait pas assez, mais il se dit qu’elle aurait pu allumer un feu avec les plus menues brindilles. Elle le défiait de son regard de nuit, le visage ouvert comme une genèse. Il calcula ses chances en cas de vérité arithmétique mais il fallait faire vite alors il dit : On ne peut pas en principe mais toi tu peux essayer. Il dit, Toi tu peux essayer et alors elle fit battre un tambour de lumière dans ses yeux. Ils marchaient dans le soleil, elle regardait toujours la fourche des arbres, parfois elle chassait l’air avec ses mains comme les chats, et quand elle parlait, il avait envie de dessiner les mouvements de sa bouche. Quand il regardait son visage, il voyait un pays autre que celui qu’ils traversaient. Elle y avait méthodiquement tracé le trajet des larmes et elle souriait comme un chat déchire une chemise. Elle sentait les vents dont la langue fourche avec une pointe de noix de muscade. Le soleil délavait ses traits, ses gestes se disloquaient à mi-parcours et son sourire était un feu qui saute. Une archère malhabile, une anémone qui pointe dans une marée d’étincelles.

Chronique

Dans la vie, nous pouvons choisir de poser un regard sur les actions. Les êtres. Les objets. Les effleurer du regard. Les analyser. Les attribuer à quelqu’un. Pourquoi pas à une femme dont les faits et gestes démontrent une force. Une indépendance. Une lascivité?

Hautes coutures est le regard porté sur des personnes. Pas sur leur physique, mais, sur leur caractère. Leurs actes. Leurs rêves. Leurs pensées. Leur vie dans un environnement qui caractérise ou programme leur manière d’être. D’agir. De se souvenir. Un homme et une femme multiples. Uniquement variés. Unique être multiple en qui résonne le monde  et sa folie. Le monde et sa force. Ils vivent à travers leurs rencontres et analysent la vie autour d’eux.

Rêvent-ils ou cauchemardent -ils? La lecture a d’abord été hésitante. Puis, peu à peu, l’histoire s’est construite, fluidifiant cette lecture qui devient intrigante et addictive. Hautes coutures est une invitation à être des témoins. A regarder, de loin, des vies, des actes, des êtres. Comme à l’époque des films muets. Des films pas toujours en noir et blanc. Des films qui se déroulent dans des cinémas d’art. C’est un regard plein de tendresse sur des hommes et des femmes qui ressemblent à tout le monde. Un regard dont le voyeurisme est absent, mais, qui est émotionnellement fort. Tendre. Empathique.

Note 17/20

9782379120060    Editions Et le bruit de ses talons   332 p.   20€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s