Mamie Denis, évadée de la maison de retraite – Edimo & Adjim Danngar – 2017

Quatrième de couverture

J’ai le sentiment qu’il va m’arriver quelque chose. Comme si j’étais une blonde d’Alfred Hitchcock.

Mon avis

Mamie Denis a des idées bien arrêtées sur tout ce qui l’entoure. Sur son arrondissement. La vie de quartier. Ses voisins… Son maire est bien placé pour le savoir, lui qui reçoit tous ses courriers de protestation. Alors, imaginez sa réaction quand des « coloniaux » (Africains) emménagent dans son immeuble. Que va -t-il se passer? Le supportera t-elle? Comment vont évoluer leurs relations? La vie de cette brave dame devient de plus en plus difficile. Elle doit faire face à de nombreux problèmes. Son neveu entre autres. La vie de Mamie Denis n’est vraiment pas un long fleuve tranquille. Surtout qu’elle est pleine de fougue, de verbe, de vie.

C’est avec beaucoup d’humour que nous faisons connaissance de cette mamie et de ses tribulations. Une Tatie Danielle puissance dix. Un regard acéré sur la société occidentale et son regard sur les personnes âgées. Un regard que mamie Denis va éclairer sur la situation de ces personnes qui ont beaucoup de connaissances de la vie. Qui sont riches d’expériences. Les dialogues sont truculents et nous font rire aux éclats tant les discours sont riches d’expressions telles que « tu cherches palabres« .

Les planches de Mamie Denis évadée de la maison de retraite sont en couleurs. Les coups de crayon griment si bien  les personnages et leurs traits de caractère que l’on reconnait sans peine leurs émotions. Cette bande dessinée se lit d’une traite tant le lecteur s’amuse.  Mamie Denis évadée dela maison de retraite est très cocasse. Avec son caractère trempé, Mamie Denis pourra t-elle se faire des amis? Quelqu’un comprendra t-il enfin cette dame? Mamie Denis démontre qu’il est possible d’avoir une vie après la maison de retraite. Et quelle vie!

Ma note 17/20

9782343101309   Ed. L’Harmattan  116 p.   14,90€

Publicités

Légère amertume (une histoire de thé) -Elanni & Djaï – Koffi Roger Nguessan – 2018

Quatrième de couverture

Découvrez l’histoire du thé dans le monde, depuis sa découverte en Asie jusqu’à son expansion en Afrique, au travers de la vie d’Adjoua, femme indépendante née au milieu du XXème siècle en Côte d’Ivoire.

Mon Avis

Le thé. Une boisson consommée dans le monde entier. A toute heure. A toute occasion. Cependant, s’est-on vraiment penché sur son histoire? Comment cette boisson  est-elle arrivée en Côte d’Ivoire? Pourquoi ne pas plonger au cœur de la petite histoire dans la grande histoire? C’est avec de belles planches en couleurs que les auteurs nous emmènent en voyage à travers le monde. Ils nous font plonger dans l’origine de cette plante. De l’Occident à l’Orient en passant par l’Afrique, nous allons à la rencontre des auteurs de l’implantation mondiale du thé.

Les anecdotes se suivent pour le plus grand bonheur du lecteur. Adjoua écoute avec attention l’histoire que lui raconte sa mère. Elle est avide d’en savoir plus. Tout comme le lecteur d’ailleurs. Elle n’imagine pas les aventures qu’elle vivra pour assouvir sa curiosité. Quel sera son rôle dans la transmission de cette histoire? Au gré de la vie. Au gré des rencontres. Le thé se fait roi. Le thé se fait trésor. A travers le monde. Le thé devient objet de convoitise. Plus surprenant, il devient l’objet de tous les dangers.

Au fil des pages, nous plongeons dans les trois étapes de la vie. Les trois étapes du thé: force de la vie. Amertume de l’amour. Suavité de la mort. Ces étapes sont aussi les titres des chapitres de cette superbe bande dessinée. Légère amertume (une histoire de thé) nous fait rêver et regarder différemment le thé, la plante la plus consommée à travers le monde, parfois dans une grande indifférence. Quel que soit le goût. Même avec une légère amertume. Celle de l’amour. Forte. Douce. Amère. Mais que l’on prend un grand plaisir à vivre. Ainsi que l’on prend plaisir à boire son thé, malgré son léger goût d’amertume.

Ma note 18/20

9782343156859  Editions l’Harmattan  60 p.   12,90€

 

Clo &Kuro – Pilote – A. – 2018

Mon Avis

En commençant à lire cette bande dessinée, je ne savais pas trop ce que j’allais découvrir. Les planches sont en blanc sur noir, avec une légère touche de rouge. Nous allons à la découverte de la vie de Clo, une coursière, et de son chat, Kuro. Dès la première planche, j’ai été prise d’un fou rire. Eh oui! Vous voulez savoir ce que vos animaux de compagnie pensent de vous? Vous serez servis car Kuro a une personnalité qui lui est propre. Non seulement il a un langage presque riche, mais il s’exprime aussi bien en anglais qu’en français. Il partage les aventures de sa maîtresse qui l’aime beaucoup.

Les mots sont un régal et le sourire et le rire sont présents durant toute la lecture. Lecture qui se fait d’une traite. Seule la dernière page est en couleur. Les deux complices et unami surprise terminent leur journée sous un beau coucher de soleil. Cependant, elle démontre avec saveur l’amour déséquilibré entre ces deux êtres qui vivent ensemble. Beaucoup d’éclats de rires. Les dialogues, bien que minimalistes sont succulents et égayent la lecture. La suite  serait la bienvenue. C’est une Bande Dessinée pour Adultes car Kuro a un langage très fleuri, surtout dans la langue de Shakespeare. Pour notre plus grand plaisir.

Ma note 17/20

Edition CoolLibri   26 p.

Castan T.2 – la terre du dragon tonnerre -MorellonBros – 2015

Quatrième de Couverture

XVIIème siècle, Océan Indien, Baie du Bengale. Deux jeunes marins français, se retrouvent, malgré eux, enrôlé dans l’armée du roi du Macchawarl. Embrassant sa cause, ils forgeront aux côtés de leurs compagnons d’armes, la renommée d’un empire.

Mon avis

Sur Beug-Yül, la terre du dragon Tonnerre, une colonne est épuisée par sa marche. D’où vient-elle.? Où va t-elle? Que fait-elle dans ce lieu inhospitalier ? Un lieu où la glace et le froid sont roi? Ailleurs, un  royaume est en péril. Qui tire les ficelles? On entre en trombe dans l’histoire.

Les aventures se suivent  et sont très prenantes. Très rythmées. Les personnages sont superbement croqués. Les traits sont fins ou forts, révélant les caractères de chacun. Les couleurs sont d’une grande force et d’une grande profondeur, déterminant, ainsi, l’atmosphère apocalyptique qui règne dans cette bande dessinée. Ce qui n’enlève rien aux sentiments des personnages qui sont touchants. Profondément humains. Avec leur force et leur faiblesse. Différents mondes se côtoient: celui des dinosaures, celui des dynasties chinoises, celui des dynasties indiennes. Les monstres sont immenses et pétrifient l’imagination. Les batailles sont superbement épiques et variées. Et, bien sûr, l’amour s’invite en filigrane.

Castan 2 – la terre du dragon tonnerre est superbe. Par son histoire. Par ses personnages. Par ses coups de crayon d’une grande réalité. D’une grande beauté. C’est avec bonheur, curiosité et appréhension que les pages se tournent. Que les sentiments nous étreignent et nous emportent sans prévenir dans un rythme effréné. C’est une bande dessinée magnifique qui plaira aussi bien aux petits qu’aux grands. Un vrai régal.

Ma note 18/20

9782919069224  Éditions Des Bulles dans l’Océan   46 p.

Odyssée Mahoraise – Phil Ouzov – 2018

Quatrième de couverture

Enseignant en métropole, Charline en burn out, obtient sa mutation pour Mayotte au cœur de l’ Océan Indien. Fini les classes indisciplinées, place au travail facile dans un cadre exotique. C’est du moins ce qu’elle pense. Sur l’île aux parfums le bon et le mauvais se côtoient et les aventures insolites ne manquent pas. Heureusement Charline rencontre John, naturaliste qui lui fera découvrir les beautés du lagon en bathyscaphe. Mais le temps passant la question se pose inévitablement, faut-il rester ou quitter Mayotte?

Mon avis

Les aventures d’une enseignante métropolitaine en terre Mahoraise. Quand Charline débarque à Mayotte, les rêves plein la tête, elle est loin de se douter de ce qui l’attend. Le dépaysement est complet. L’île semble faire un pied de nez à cette institutrice un peu trop dans les nuages. Pour le plus grand plaisir du lecteur.

En effet, les personnages sont hauts en couleur et les dialogues sont d’une succulence telle que l’on en redemande. Les planches sont superbes de réalisme. Les personnages sont croqués de telle manière qu’il suffit d’un coup d’oeil pour connaître leur trait de caractère. Non seulement Phil Ouzov a un superbe coup de crayon, mais il a beaucoup d’humour. Du moins, ses personnages. Son histoire.

A chaque page, la suite d’une histoire qui nous fait rire aux éclats, tant Charline en fait et en voit de belles. Elle affiche un  optimisme hors pair. Ce qui est tout à son honneur. Finira t-elle par adopter son nouveau style de vie? Se laissera t-elle porter par ses rêves? Ses déboires auront-ils raison de sa candeur?

Odyssée Mahoraise respire la joie de vivre. Son humour est frais, cinglant, ce qui ne fait que donner envie d’en lire encore et encore. La présentation des fantasmes que l’on peut avoir quand on arrive dans un pays. C’est une superbe bande dessinée qui respire la bonne humeur. A mettre entre toutes les mains. Je remercie les éditions des bulles dans l’océan de m’avoir permis de découvrir cette superbe bande dessinée

Ma note 18/20

9782919069507  Ed. des bulles dans l’Océan  80 p.

 

Chaka, d’après l’oeuvre de Thomas Mofolo (2017) – Jean-François Chanson et Koffi-Roger N’guessan

Aujourd’hui, je vais vous faire voyager dans un genre de la littérature Africaine en plein essor, la bande dessinée. En Afrique comme ailleurs, c’est un moyen d’expression comme les autres qui permet d’aborder des sujets relatifs à la société: histoire du continent, société ou politique.

chansonJe vais vous parler de cette BD qui parle d’un épisode de l’histoire Africaine très connu et reconnu: Chaka, chefs des Zoulous. Elle se réfère au roman de Thomas Mofolo. Pour vous conter cette épopée, deux artistes ont pris la plume et le crayon pour notre plus grand bonheur. Il s’agit de Jean-François Chanson, graphiste et scénariste, et de Koffi-Roger N’guessan, dessinateur.

A travers cette bande dessinée, nous découvrons l’histoire de ce chef qui a réussi à unifier la nation Zouloue. cet homme que tout éloignait du pouvoir, qui finit par devenir le héros, la référence d’une nation toute entière.  Chaka, l’homme dont l’armée ne se déplaçait qu’en pleine nuit et en courant. La légende dit que rien que le bruit de leur course nocturne donnait des cauchemars à ses ennemis, les affolait et les forçait à se rendre. Cette grande armée va se mesurer aux Anglais qui commencent à s’installer en Afrique du sud.

Les dessins sont superbes et les dialogues enrichissants. J’ai retrouvé mon âme d’enfantguessan-portrait et d’historienne en herbe en parcourant cette bande dessinée. Pourtant, comme beaucoup de personnes, je connais l’histoire de Chaka par cœur. Ce qui ne m’a pas empêchée  de me délecter.

Alors, je vous propose à vous aussi de retrouver votre âme d’enfant. Découvrez ce grand homme qui fit trembler bien des puissants. Régalez-vous! Amateurs de BD ou non, vous vous amuserez à découvrir un pan de l’histoire Sud africaine, dépeinte par deux grands artistes.

A consommer sans modération.