A fleur de fables – Dritëro Agolli – 2010

Quatrième de couverture

Va, petit, va, dans la fournaise de l’été. Va, dompte ce cheval à l’échine rebelle. Dont la crinière flamboie comme un brandon. Pousse-le au plein cœur de la montagne verte.

Chronique

Quand j’ai vu le titre dans le catalogue des Editions Fondencre, cela a été un véritable coup de cœur. A fleur de fables. Un titre qui est un poème à lui tout seul. Effleure t-on les fables? S’envolent-elles au gré des mots? Les effeuille t-on comme les marguerites en murmurant « un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout« ? Ce titre m’a fait rêver et je n’ai pas été pas déçue.

Des poèmes courts, longs. Des poèmes où les mots s’épèlent dans un doux bruit. Un doux murmure. Un plaisir fin et fort. Fermer les yeux et déclamer: « Le neige est silence tant qu’elle est neige vive Et ne parle jamais qu’au moment de mourir« . Nous entendons le bruit du silence. Le crissement des pas  dans la neige qui se meurt. Ces mots écrits sur des feuilles ivoires, accompagnées ou plutôt illustrées de superbes graphiques.

Les sons nous emportent dans un monde où l’imagination est sans fin. Nous voyageons au gré des allégories, des rimes, des silences qui étreignent le rythme de la déclamation.  A fleur de fables nous fait rêver les mots. La beauté des mots. la douceur des rimes. Au rythme des alexandrins qui sautillent dans un doux silence, pour embrasser ou croiser les rimes au gré du poète. Des poèmes qui nous caressent à fleur de peau. A fleur de fables.

Note 19/20

9782953334333   Editions Fondencre    63 p.    17€

 

 

 

Publicités

La piquante douceur de la joue de papa – Alice Brière-Haquet/Sylvie Serprix – 2019

Quatrième de couverture

Des mots et des images qui s’amusent à nous surprendre en se rapprochant!

Chronique

Il existe des livres atypiques. Ils sont faits pour le plaisir des yeux, de l’intellect. Pour le plaisir de la discussion. Pour le plaisir de l’échange. Ce qui est le cas de la piquante douceur de la joue de papa. Un livre fait d’oxymores (l’utilisation de deux mots aux sens contradictoires). Dès le titre, nous savons que nous allons nous délecter des mots.

Un beau livre. Un grand livre très coloré qui attire le regard, quel que soit l’âge. En fait, une suite d’oxymores hilarants. Pour tout discours, une phrase sur une double page qui fait sourire. Des dessins qui expliquent l’oxymore avec beaucoup d’humour. Qui réveillent des souvenirs. Qui démontrent l’anachronisme de la vie. Ce qui en fait la beauté. Ce qui en fait la complexité. La piquante douceur de la joue de papa, une phrase qu’un enfant peut dire en toute innocence et dans un éclat de rire. C’est une joue douce mais qui pique car il y a une barbe naissante.

La piquante douceur de la joue de papa est un concentré d’oxymores. Elles s’étalent sur chaque double page. Ce sont des devinettes, des fous rires en perspective en famille. A chaque page, sa couleur. Une belle et brillante couleur qui accroche le regard. Des compositions très recherchées et faciles à expliquer. Des compositions qui éveillent la curiosité des enfants, des adultes. Des compositions très drôles. C’est ce qui est mis en exergue. C’est un superbe album qui permet à toute le famille de participer à une agréable partie de jeu de mots.

Note 18/20

9782360110889   Editions Motus    40 p.    13€

La Lozère d’antan – Jean-Marc Gilly – 2017

Quatrième de couverture

A travers près de 350 cartes postales anciennes, Jean-Marc Gilly nous conte un autre temps, celui où bûcherons et scieurs de long travaillent le bois sans relâche, où diligences et malle-poste sillonnent les routes lozériennes et où les colporteurs ambulants relient les villages. Au début du XXème siècle, la Lozère connait un essor touristique important grâce à l’arrivée du chemin de fer, tandis que perdurent l’élevage des vers à soie et le savoir-faire des dentellières.

Chronique

Les régions française sont très riches d’histoire et connues surtout de leurs ressortissants. Cependant, peu de personnes connaissent l’histoire de ces régions sur le bout des doigts. La Lozère d’antan nous montre une façon ludique de la découvrir.

Tout débute par un rapide cours d’histoire (une page). Puis, peu à peu, nous entrons dans le vif du sujet. Comment vivaient les gens à cette époque? Quels étaient les métiers les plus courants? Existent-ils encore actuellement? Était-ce vraiment le bon temps? Comment s’habillaient les gens dans l’Aubrac? Nous découvrons avec ravissement le travail du blé. Nous découvrons aussi les pâturages et leurs rituels dans les Cévennes. Le passé industriel dans le textile et l’acier.

Les photos en noir et blanc sont d’anciennes cartes postales qui illustrent bien le quotidien des lozériens. Savez-vous ce qu’est la sériciculture? Savez-vous qu’elle connut un grand essor en Lozère? La lecture se fait au gré de la curiosité. Curiosité qui est bien assouvie par des explications claires, concises, riches.

La Lozère d’antan nous apporte une belle lumière sur la société de l’époque et de son évolution. C’est une promenade bucolique à travers les pages et les photos. Une promenade intéressante qui nous fait aussi découvrir la richesse culturelle de cette région. C’est une belle ballade qui nous fait connaitre la Lozère d’antan.

Note 17/20

9782357202450   H.C. Editions    128 p.    18,50€

La Provence – 100% vintage – Anne Laure Rauch – 2019

Quatrième de couverture

Quelle gare provençale a servi de décor au premier film des frères Lumière? Comment est née la bouillabaisse? Qui habitait dans le palais des Papes en 1900? Qui a créé l’emblématique cigale en céramique? Combien de fois Jean Mermoz a-t-il échoué à son examen de pilote à Istres? Illustré de cartes postales de la Belle Epoque, ce petit livre « 100% vintage » fourmille d’anecdotes pour tous les amoureux de la Provence et de son histoire.

Chronique

Une belle surprise en recevant ce beau livre. Grand? Que nenni. Concentré. Petit. Qui tien dans la main. Un livre-objet. Un livre qui tient dans un sac à  main et qui peut être sorti facilement au cours d’une excursion, d’une promenade à travers la Provence. Les photos sont en noir et blanc. Ils nous font découvrir la Provence, la société provençale, ses traditions, ses fêtes, ses métiers d’antan.

Découvrez les terres de Provence. Découvrez leur histoire. Leurs histoires. Les petites anecdotes propres à chaque monument. A chaque tradition. Aux métiers aujourd’hui disparus. Vous vous posez des questions sur la Provence? Eh bien, vous trouverez les réponses dans ce petit bijou de livre. En quelle année ont été construites les Halles Centrales dans la Cité des Papes? Que savez-vous des porteuses, un rude métier de femmes? Saviez vous pourquoi la Canebière ne s’écrit plus qu’avec un seul « N »? Autant de questions qui trouveront réponse dans ce petit recueil d’anecdotes provençales.

La Provence 100% vintage se feuillette sans fin. Pas besoin de commencer par le début, ni de le lire dans l’ordre. D’ailleurs, la lecture est très amusante et attise la curiosité.  Une lecture enrichissante quelle que soit la région de France. Ce petit rectangle est idéal pour l’avoir bien en main lors d’escapades, de vacances en Provence. Il promet de beaux moments de découvertes.

Note17/20

9782357202184    HC Editions    250 p.   12€

 

La Martinique à travers la carte postale ancienne – 2016

Quatrième de couverture

« Il faut épier le réel, ces existences surgies de tous les écarts, ces signes dans les regards qui s’accordent une espérance, cet outre-soi qui n’abdique pas, tout cela restitue l’identité de l’île, terre mouvante entre des passages orphiques, terre convoitée par les battements de cœur de l’histoire, terre de grands cris et de non-dits qui chacun ont leurs mystères, d’où soudain nous parvient le pays, jusqu’alors caché entre deux failles qui communiquent. »

Mon Avis

La Martinique. A travers le temps. Une île comme vous ne l’avez jamais imaginée. Des cartes postales en noir et blanc. Les cartes géographiques qui datent d’une époque où les traces étaient des chemins connus de tous. Au détour d’une page, les métiers de « Antan lontan« , comme dirait un certain Raphaël Confiant, défilent avec les costumes traditionnels. Avec les foulards qui expliquaient le statut matrimonial. Avec les places des villes où les marchandes se promenaient avec sur la tête leur marchandises, où se côtoyaient les élégantes qui se mesuraient du regard.

C’est toujours avec plaisir que l’on découvre des lieux avec une histoire, un passé. Les Editions HC déclinent ce beau livre en différentes régions françaises. Dans la Martinique à travers les cartes anciennes, les mots sont de prose et de vers. Ils riment avec beauté. Avec harmonie. Avec nostalgie. Ils nous parlent de l’Histoire (la grande et la petite). Des anecdotes propres à chaque morne. A chaque monument. Les cartes postales sont sources de tendresse. Elles sont un regard cru sur la société de l’époque.  Une société où la vie était dure, mais simple, mais belle. Une vie où la nature avait sa place. Une vie où rien n’était folklore

Au détour d’une page, Saint-Pierre, ville sacrifiée à un volcan vindicatif. Saint-Pierre, ville qui renaitra de ses cendres fumantes. Brûlantes. Et ces métiers qui, aujourd’hui, ne sont que des mots: marchand de balais. De paniers caraïbes. Des mots superbes qui font imaginer, rêver l’époque. Ces dames âgées, la pipe à la bouche. Ces danseurs de ladja, maîtres des bourgs, aujourd’hui tombés dans l’oubli.

Alors, imaginez ces mêmes cartes décrivant le passé du Périgord ou d’ailleurs, vous permettant ainsi de découvrir votre région. Un très beau voyage à travers le temps.

Ma note 19/20

9782357202634   Hervé Chopin Editions    160 p.   18,50€