Opalescence le secret de Pripyat – Amaury Dreher – 2019

Quatrième de couverture

Et si les vestiges radioactifs de Tchernobyl n’étaient qu’un piège?

Chronique

Qui n’a pas entendu parler de la catastrophe de Tchernobyl? De ce jour où l’Europe voire le Monde a tremblé et basculé dans l’horreur? Amaury Dreher nous propose de vivre l’évènement de l’intérieur. De vivre ce cauchemar mondial qui n’en finit pas d’avoir des conséquences. Pas à pas, jour après jour, Tchernobyl s’offre à nos yeux de lecteurs intrigués. Toute la vérité a t-elle été dite sur cette catastrophe? Qu’en est-il des décennies plus tard?

Opalescence – le secret de Pripyat nous entraine dans une enquête qui ne dit pas son nom. A la recherche d’une réponse qui puisse tranquiliser les esprits. Surtout pour le narrateur pour qui c’est un retour aux sources. Un narrateur qui, bien que jeune a été témoin de cet accident nucléaire. Lui et sa famille y étaient. Qu’est devenue Pripyat, sa ville, après le départ de la population? Que cachait vraiment le silence des autorités soviétiques de l’époque? Au fil des rencontres, le mystère s’épaissit. Qui sont ces personnes qui vivent toujours dans la zone contaminée? Pourquoi sont-ils encore là? Les légendes telles que celle du trésor sont-elles vraies? Surtout, qui est Oleksandr, cet homme qui semble le suivre dans ses pérégrinations?

Le récit à la première personne fait de nous les témoins des évènements. Des témoins muets et curieux pour qui opalescence – le secret de Pripyat devient une scène de crime. Malgrés tous les dangers, est-ce raisonnable de trainer dans la zone? Au fil des pages, nous plongeons dans une intrigue profonde. Ce retour aux sources n’est-il pas un piège? Plongés dans une lecture intrigante, nous tournons les pages avec une curiosité exacerbée. Cette descente aux enfers est-elle un rêve ou une réalité? Toujours est-il que ce rêve, cette réalité ou ce cauchemar  nous émerveillera.

Note 17/20

9781795854573   Autoédition    147 p.   11,98€

Publicités

Les étoiles cachées – Régine Soszewicz – 2019

Quatrième de couverture

Lorsque la guerre éclate en septembre 1939, la vie de Régine et de sa famille est bouleversée. Juives, elles sont soumises aux multiples interdits. Maurice, leur père, engagé volontaire, est alors prisonnier de guerre. Grâce au courage et à la détermination de Marie, leur mère, échappant aux rafles annonçant une mort certaine, Régine et sa sœur Marcelle, aidées clandestinement, fuient Paris. Elles trouvent refuge  et la vie sauve auprès de paysans accueillants. Elles partageront leur quotidien et le travail à la ferme. Régine raconte….

Chronique

Il est des périodes dans l’histoire que ne nous envieraient pas les pires animaux. Des périodes qui n’ont rien d’honorable pour les humains. Les étoiles cachées nous les rappelle fortement à notre bon souvenir. Qui n’a pas entendu parler de la rafle du Vel d’Hiv, des pogroms, des stalags? Surtout, qui ignore cette étoile jaune qui a stigmatisé tout un peuple?  Une étoile qui rappelle l’indignité  et la honte humaine? Une étoile qui a marqué un peuple qui devait être sacrifié sur l’autel de la folie des hommes.

Les étoiles cachées nous parle d’innocence, de la vie simple d’une famille heureuse que les appels à la guerre de 1939 mènera à la quasi extinction. Une famille dont certains membres seront victimes de la shoah. Alors Régine a pris la plume pour raconter. Pour témoigner. Pour la postérité. La guerre à travers le regard d’une petite fille qui ignore que les horreurs toucheront profondément sa famille. Que ces horreurs transformeront sa vie à jamais. Que d’innocence dans ce regard!

Nous assistons à la lente et longue descente aux enfers d’une famille. Seuls les adultes se doutent. Les enfants sont loins de tout cela, cachés dans la campagne française. Un endroit où l’horreur ne les touchera pas. Nous ressentons cette lente dégradation sociale pour la population juive. Une atmosphère délétère qui l’isole peu à peu. Des actes qui la stigmatise de plus en plus, la mettant en grand danger. Régine présente des photos touchantes, montrant la vie d’une famille comme toutes les autres, si ce n’était cette grossière étoile  qui les désignera à la vindicte populaire, à la haine. Ces photos sont remplacées par celles de la honte, de l’horreur, de l’invivable, de l’inavouable. Ces étoiles qui ne marqueront pas les innocentes cachées en Province, ces deux sœurs qui sont les étoiles cachées de cette période sanguinaire.

Note 19/20

9782343177649    Ed. L’Harmattan   180 p.    19€

Le livre perdu de Léonard de Vinci – Francesco Fioretti – 2019

Quatrième de couverture

Milan, 1496. Léonard de Vinci attend avec impatience de rencontrer le frère Luca Pacioli, célèbre mathématicien dont il espère apprendre beaucoup. Il découvre à cette occasion un portrait énigmatique et un code caché que son nouvel ami souhaite lui faire décrypter. Mais suite à l’assassinat d’un moine et au vol d’anciens textes byzantins qui sont d’un intérêt inestimable pour les mathématiques, les deux hommes voient leurs projets perturbés. De Milan à Venise, de Florence à Urbino, à travers une Italie où s’achève l’époque pacifique de Laurent de Médicis et des Sforza, ils se lancent sur les traces de l’assassin et des manuscrits volés.

Chronique

Léonard de Vinci, à travers les siècles, attise la curiosité. Qui est cet homme qui a réussi de si belles, de si grandes oeuvres? Quel genre d’artiste, de chercheur, de pionnier était-il? Était-il déjà reconnu à son époque ou l’a t-il été beaucoup plus tard? Francesco Fioretti nous emmène à la rencontre de cet homme de connaissances.

Au fil des pages, des chapitres, des mots, nous découvrons un  homme d’une grande curiosité. Ce qui fera sa force. Nous découvrons une fresque de cette époque où les hommes étaient ouverts à la science, à la mécanique, à l’art sous toutes ses formes. Nous découvrons aussi comment Léonard de Vinci trouvait son inspiration et procédait pour peindre les personnages de la très réputée cène. Nous faisons la connaissance des prémices de ce qui augure les heures noires de la religion.

Le livre perdu de Léonard de Vinci nous peint une époque d’une grande richesse intellectuelle, scientifique et artistique. Cependant, une époque où les secrets abondaient et attisaient les convoitises. Des secrets qu’il fallait protéger au péril d’une vie. Léonard de Vinci le fit-il? Un récit intense qui nous plonge au cœur des mathématiques, des sciences, des calculs divers et variés (sudoku, entre autres). Le livre perdu de Léonard de Vinci est un récit qui nous fait voyager dans une Italie de complots et de trahisons où de nombreux secrets sont peut-être inscrits dans le livre perdu de Léonard de Vinci.

Note 17/20

9782357204553   H.C. Editions   255 p.   22€

 

Codex 632 – Le secret de Christophe Colomb – J.R. Dos Santos – 2015

Quatrième de couverture

La vie de Tomàs Noronha bascule lorsqu’on lui demande de déchiffrer les notes d’u professeur d’histoire retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel alors qu’il travaillait sur la découverte du Nouveau Monde. De Lisbonne à Rio, New York à Jérusalem, le jeune cryptologue se heurte à l’une des énigmes que les historiens n’ont toujours pas réussi à résoudre: l’identité de Christophe Colomb et la véritable histoire des Grandes Découvertes.

Pourquoi le nom de « Colomb » n’a-t-il jamais été trouvé dans les témoignages de l’époque? Pourquoi le navigateur a-t-il embarqué sur la Santa Maria quelques heures avant l’avis d’expulsion des juif du Portugal? Tomàs se rend vite compte qu’un mystère en appelle un autre. Pourquoi ce jeune Génois ne parlait-il ni italien, ni génois? Et l’Amérique était-elle vraiment inconnue avant 1492? Autant de questions auxquelles les spécialistes n’ont jamais vraiment pu répondre… jusqu’à aujourd’hui.

Chronique

Personnellement, les recherches en tant  que passionnée d’histoire m’ont appris une chose: L’histoire que nous apprenons n’a rien à voir avec la réalité de ce qui s’est passé. A la question « qui a découvert l’Amérique?« , la réponse est sans hésitation, en général: « Christophe Colomb ». C’est ce que nous apprennent les livre scolaires. Qu’en est-il réellement? Qui était cet homme? Qu’a t-il vraiment fait dans sa vie? Que signifie Codex 632? Et  si l’histoire était tout autre? Quel rapport avec un professeur d’histoire portugais?

Tomàs est un professeur d’histoire qui s’ennuie dans son quotidien. Une invitation à New York. Un départ précipité à Rio. Une énigme à résoudre. Ou plutôt, plusieurs. Au fil des pages, nous allons de découverte en découverte. Nous sommes de plus en plus intrigués par les résultats de recherche de Tomàs.  C’est une lecture passionnante et addictive où l’intelligence aigüe  de Tomàs nous fait regarder l’histoire avec un intérêt particulier. Peu à peu, le puzzle se met en place. Nous nous surprenons à réfléchir comme lui et à prendre un papier et un crayon afin de participer à l’analyse des mots.

Codex 632 le secret de Christophe Colomb  nous entraine dans un des mystères de l’histoire. Quel rapport entre le codex et Christophe Colomb? Nous suivons une enquête minutieuse, faite d’énigmes difficiles à résoudre, de messages obscurs. De messages d’une opacité profonde. Messages à ne pas mettre à la portée de tous. Une saine curiosité qui nous fera redécouvrir un fait historique. Une partie tue aux non initiés. Une partie nommée Codex 632 le secret de Christophe Colomb

Note 17/20

9782357201774   HC Editions   377 p.

La Lozère d’antan – Jean-Marc Gilly – 2017

Quatrième de couverture

A travers près de 350 cartes postales anciennes, Jean-Marc Gilly nous conte un autre temps, celui où bûcherons et scieurs de long travaillent le bois sans relâche, où diligences et malle-poste sillonnent les routes lozériennes et où les colporteurs ambulants relient les villages. Au début du XXème siècle, la Lozère connait un essor touristique important grâce à l’arrivée du chemin de fer, tandis que perdurent l’élevage des vers à soie et le savoir-faire des dentellières.

Chronique

Les régions française sont très riches d’histoire et connues surtout de leurs ressortissants. Cependant, peu de personnes connaissent l’histoire de ces régions sur le bout des doigts. La Lozère d’antan nous montre une façon ludique de la découvrir.

Tout débute par un rapide cours d’histoire (une page). Puis, peu à peu, nous entrons dans le vif du sujet. Comment vivaient les gens à cette époque? Quels étaient les métiers les plus courants? Existent-ils encore actuellement? Était-ce vraiment le bon temps? Comment s’habillaient les gens dans l’Aubrac? Nous découvrons avec ravissement le travail du blé. Nous découvrons aussi les pâturages et leurs rituels dans les Cévennes. Le passé industriel dans le textile et l’acier.

Les photos en noir et blanc sont d’anciennes cartes postales qui illustrent bien le quotidien des lozériens. Savez-vous ce qu’est la sériciculture? Savez-vous qu’elle connut un grand essor en Lozère? La lecture se fait au gré de la curiosité. Curiosité qui est bien assouvie par des explications claires, concises, riches.

La Lozère d’antan nous apporte une belle lumière sur la société de l’époque et de son évolution. C’est une promenade bucolique à travers les pages et les photos. Une promenade intéressante qui nous fait aussi découvrir la richesse culturelle de cette région. C’est une belle ballade qui nous fait connaitre la Lozère d’antan.

Note 17/20

9782357202450   H.C. Editions    128 p.    18,50€

La Provence – 100% vintage – Anne Laure Rauch – 2019

Quatrième de couverture

Quelle gare provençale a servi de décor au premier film des frères Lumière? Comment est née la bouillabaisse? Qui habitait dans le palais des Papes en 1900? Qui a créé l’emblématique cigale en céramique? Combien de fois Jean Mermoz a-t-il échoué à son examen de pilote à Istres? Illustré de cartes postales de la Belle Epoque, ce petit livre « 100% vintage » fourmille d’anecdotes pour tous les amoureux de la Provence et de son histoire.

Chronique

Une belle surprise en recevant ce beau livre. Grand? Que nenni. Concentré. Petit. Qui tien dans la main. Un livre-objet. Un livre qui tient dans un sac à  main et qui peut être sorti facilement au cours d’une excursion, d’une promenade à travers la Provence. Les photos sont en noir et blanc. Ils nous font découvrir la Provence, la société provençale, ses traditions, ses fêtes, ses métiers d’antan.

Découvrez les terres de Provence. Découvrez leur histoire. Leurs histoires. Les petites anecdotes propres à chaque monument. A chaque tradition. Aux métiers aujourd’hui disparus. Vous vous posez des questions sur la Provence? Eh bien, vous trouverez les réponses dans ce petit bijou de livre. En quelle année ont été construites les Halles Centrales dans la Cité des Papes? Que savez-vous des porteuses, un rude métier de femmes? Saviez vous pourquoi la Canebière ne s’écrit plus qu’avec un seul « N »? Autant de questions qui trouveront réponse dans ce petit recueil d’anecdotes provençales.

La Provence 100% vintage se feuillette sans fin. Pas besoin de commencer par le début, ni de le lire dans l’ordre. D’ailleurs, la lecture est très amusante et attise la curiosité.  Une lecture enrichissante quelle que soit la région de France. Ce petit rectangle est idéal pour l’avoir bien en main lors d’escapades, de vacances en Provence. Il promet de beaux moments de découvertes.

Note17/20

9782357202184    HC Editions    250 p.   12€

 

Le trône maudit – Jose Luis Corral & Antonio Piñero – 2014

Quatrième de couverture

An 4 avant Jésus-Christ. Le cruel tyran Hérode le Grand meurt et laisse le trône d’Israël vacant. Deux de ses fils se disputent  alors la succession de celui qui était considéré comme le roi de tous les juifs. Débute ainsi une période mouvementée où passion, violence et trahison se déchainent: chacun voulant obtenir la faveur de l’Empereur Auguste qui surveille avec une extrême vigilance cette partie particulièrement sensible de son Empire.

Dans ce contexte fragile apparaît un jeune prédicateur, Jésus de Nazareth, qui par ses sermons sur le Royaume de Dieu et sa capacité de persuasion commence à remettre en cause la tutelle romaine  et l’hégémonie des prêtres juifs de Jérusalem. Dès lors, nombreux sont ceux qui veulent se débarrasser de ce rebelle, qui va entrainer un bouleversement fondamental dans l’histoire du monde.

Chronique

Comme le dit l’adage: « Le roi est mort, vive le roi« .  Et après, que se passe t-il? Qui lui succèdera?  Avait-il choisi son dauphin avant de mourir? Pour Hérode, comme pour tous les rois, la mort est aussi une question politique. Et Hérode n’en finit pas de mourir. Plutôt, il est mort dans un silence et un secret assourdissants. Fracassants. Sa succession est une énigme. Nous découvrons, ainsi, les coulisses d’un succession royale où tous les coups sont permis pour accéder au trône tant désiré (meurtres, trahison…). Encore faudrait-il pouvoir survivre à cette foire d’empoigne.

Le trône maudit nous fait vivre un moment clé de l’histoire du peuple juif. A une époque où Jésus de Nazareth, par ses prêches, semait le trouble dans un  royaume tant convoité par tant de puissants. Qui succèdera, finalement à Hérode? Comment ce successeur accèdera t-il au trône tant convoité? Par le biais de cette succession, nous assistons aux prémices de ce qui deviendra la seconde religion monothéiste: le christianisme. Nous assistons aux  mutations socio-historiques  qui bouleverseront la politique de cette partie du monde. Nous faisons aussi la connaissance de différents personnages bibliques. Nous les découvrons sous un autre jour.

Nous ne nous ennuyons à aucun moment. Dès les premiers mots, nous voyageons dans le temps et nous sommes subjugués par la vie de ces hommes et de ces femmes. Certains faits décrits dans les grands livres religieux sont bien expliqués. Cependant, ne vous y trompez pas, il s’agit bien d’un roman. D’un superbe roman. Un gros pavé qui se lit avec une grande facilité tant le récit est prenant. Nous sommes pris dans la vie de nombreux héritiers plus ou moins légitimes. Une vie où intrigues, fourberie, violence, trahison sont maitres. Tout est acceptable pour s’accaparer le trône. Fut-il maudit.

Note 17/20

9782357204218   HC Editions   576 p.    22€

Le Nègre de Napoléon – Raymond Chabaud – 2015

Quatrième de couverture

Peut-on être martiniquais, noir, abolitionniste, officier de la Légion d’Honneur, général nommé par Napoléon sur le front et membre de l’Etat Major de Louis XVIII? L’histoire de Joseph Serrant débute dans l’époque troublée de la Révolution pour s’achever dans la morne conformisme de la Restauration.

Cordonnier à Saint-Pierre, Joseph Serrant s’active dans le Club des jeunes citoyens et se bat pour l’abolition avec Louis Delgrès: tous deux participent, dès 1792, à la première abolition qui ne durera guère. Puis c’est la guerre où il peut enfin exprimer sa bravoure: Napoléon le nomme Général après la victoire d’Ostrovno. Joseph Serrant est le seul métis élevé au grade de général par Napoléon, le seul Général métis d’Empire.

Chabin, aux Antilles, Joseph est Noir. En Europe, seul officier métis dans une armée qui n’en compte guère, il est vu comme Blanc. Aux Antilles, révolutionnaire, Joseph se prend d’une passion pour la Nation. En France, la Nation Jacobine lui fera oublier la singularité antillaise.

Chronique

Au crépuscule de sa vie, Joseph Serrant fait un retour sur sa vie. Sur son édifiante carrière. C’est un homme qui est né Métis et libre  dans son île. Un homme qui est reconnu en tant que Blanc en France. Un mensonge sur ses origines qu’il assumera toute sa vie. C’est l’histoire d’un cordonnier qui s’élève socialement et devient l’un des plus grands généraux de l’Empire Napoléonien.

Le Nègre de Napoléon nous transporte dans une vie. Celle de Joseph Serrant, né au pied de la Montagne Pelée. Les hasards de la vie vont jouer en sa faveur et faire de lui l’homme qu’il deviendra. Un homme de combat.  Il s’agit d’une histoire envoûtante, addictive qui pousse à tourner les pages avec un grand plaisir. Une petite histoire dans la grande. Une petite histoire avec la grande.  Celle qui se greffe à l’Histoire dans une trame tissée avec obstination jusqu’à s’unir pour aboutir à des faits historiques tels que l’abolissement de l’esclavage qui ne dura qu’un an, à l’époque.

Le Nègre de Napoléon est l’histoire d’une île: la Martinique. Une île où la société se décline en couleur de peau. Une île où les classes sociales se côtoient, mais sont profondément divisées. Sur cette île une famille aura un destin profondément bouleversée par sa participation à l’histoire de France.  Joseph Serrant est le témoin actif de ce changement. Un témoin qui nous entraîne dans les grandes batailles de l’Empire à travers l’Europe. Le regard que porte Joseph Serrant sur sa vie est sans fards. D’une limpidité sans faille. Il a aimé sa vie, malgré quelques regrets. Il a aimé représenter son pays. Il en a ressenti une grande fierté, même s’il a toujours tu sa couleur qui, autrement l’aurait desservi. Même s’il était le Nègre de Napoléon.

Note 17/20

9782357202498   HC Editions   208p.   17€

La princesse fantôme – Laure St Andrea – 2018

Quatrième de couverture

En 948, trois royaumes se disputent Seillos, gros bourg minier au commerce florissant. La guerre est aux portes de la ville et une négociation de la dernière chance est organisée. Exilée à Seillos pour des raisons mystérieuses, Wilia, 16 ans, doit apprendre à se débrouiller seule. Accusée de sorcellerie, elle doit fuir de nouveau. Devenue l’apprentie du médecin royal, pourra t-elle faire confiance à Pedr, le neveu de la reine? Un personnage mythique vient s’inviter au cœur de la lutte fratricide qui oppose deux conceptions du monde. Qui pourra rétablir la paix?

Ma chronique

Une jeune femme insouciante. Une jeune femme qui aime  la nature et les plantes. Un passé mystérieux. Quel sera son avenir? Qui est-elle? Le Xème siècle est-il une bonne époque pour quelqu’un qui reste si proche de la nature? Wilia l’apprendra, peut-être, à ses dépens. On ne peut pas toujours se confronter aux puissants, sans se brûler les ailes.

La princesse fantôme nous transpose dans une époque où la ferveur religieuse est dévastatrice. Une époque où la différence pouvait, parfois, être mortelle. Une époque où la nature était liée à la magie noire. Nous assistons au destin d’une jeune femme. Une jeune femme qui se sent destinée à soigner grâce aux offrandes de la nature.

Les chapitres ont des intitulés qui nous permettent de suivre l’histoire sans peine. Le vocabulaire est adapté à l’époque rendant, ainsi la lecture agréable, truculente. Laure St Andrea nous fait découvrir les us et coutumes du dixième siècle. Elle nous fait découvrir les croyances. Les usages de la haute société. Les prémices de la nouvelle religion monothéiste et les pratiques sulfureuses de ses serviteurs zélés.

La princesse fantôme nous emporte dans une aventure sans fin. Chaque page, chaque ligne nous tient en haleine et aiguise notre curiosité. Entre intrigues, batailles et trahison, l’histoire nous emporte toujours plus loin à la recherche du savoir, des ennemis  et surtout de la princesse fantôme. La trouvera-t-on? Un mystère qui, peut-être, s’éclaircira. Comment s’y prendre? Existe t-elle vraiment? Comment s’y prendre? Où est-elle? Une recherche pleine de douleur, de peines, d’énigmes qui nous entraînent dans de nombreuses aventures. Pour notre plus grand plaisir.

Ma note 17/20

9781717724618   Autoédité   355 p.

 

Fillette Lalo – Gerry L’Etang et Dominique Batraville – 2018

Quatrième de couverture

Dans une autre circonstance, un autre pays, un président-à-vie entreprit une traversée de l’horreur. Il s’appuya dans cette aventure sur une milice dont les membres reçurent le titre officiel de « volontaires de la sécurité nationale ». La malice populaire préféra les nommer « tontons macoutes » pour les hommes, « fillettes Lalo » pour les femmes, s’inspirant là d’un croquemitaine et d’une ogresse, figures imaginaires du lieu. Une femme se hissa à la tête de ces paramilitaires, devint LA Fillette Lalo. Plus d’un demi-siècle après le début de son oeuvre, sa légende, d’extravagance et d’effroi, est ici restituée

Mon Avis

Un peuple qui se révolte. Comme partout dans le monde. Sur une île Antillaise, les légendent courent les rues. Les chants moqueurs et satyriques aussi. Surtout ceux qui concernent Fillette Lalo qui a disparu de mille et une manières différentes. Qui est-elle? Mythe ou réalité? Que se passe t-il? Qu’est-ce qui a mené à cette révolte populaire? Quel est le lien avec fillette Lalo? Fillette Lalo nous fait découvrir des personnages hauts en couleurs. Des personnages aux noms d’une grande douceur. D’une douceur aussi grande que la férocité de la personne qui le porte. Leur vie. Leur sort nous sont racontés dans le détail. Nous suivons un peuple qui est arrivé au bout de la peur. Au bout de la douleur. Au bout de la terreur. Au bout de la violence. Une violence aveugle. Gratuite. Partiale.

Au fil des pages, nous faisons face à la grandiloquence d’un tyran. D’un autocrate nommé « Président à vie ». D’un « vampire du peuple ». Nous découvrons un pouvoir autoritaire qui se complait dans ses exactions. Comment vivent ces hommes et ces femmes qui détiennent le pouvoir? Ont-ils des limites à leur débauche? Ont-ils des imites à leurs violences? Peu à peu se dessine l’innommable. Les luttes souterraines. Les trahisons. Le ton est caustique. L’humour aussi.

A travers les actes, l’histoire de fillette Lalo est le destin d’une île saturée d’horreur. Qui se dessine. Ainsi que la force et la résilience d’un peuple qui se dresse face à son dictateur et à ses sbires. Un peuple qui tire sa force de cette violence pour se construire, pour avancer dans la vie. Pour regarder, de loin, la chute de ces « grands », voire de l’orchestrer. Mine de rien. Fillette Lalo est un hommage à un peuple jamais nommé, mais connu du monde entier. Ce peuple qui possède dans les gènes, dans son histoire, une part de l’ADN de cette légende: Fillette Lalo.

Ma note 18/20

9782357204171     Hervé Chopin Editions    80 p.     12,50€