1515 – 1519 – Le Chroniqueur de la Tour – 2018

Quatrième de couverture

1er janvier 1515, François Ier devient Roi de France. Il se doute qu’il va vivre des évènements extraordinaires mais il sous-estime largement ce qui l’attend. Il va découvrir que l’Histoire n’est qu’un théâtre où s’affrontent des forces obscures en coulisses. Tout ce qu’il croyait solide, tout ce qu’il pensait vrai sera bouleversé. Car le monde est en train de basculer. Pour une damnation ou pour une renaissance?

Mon avis

L’entrée en matière nous laisse bouche bée. En état de choc. A Cuba, des hommes subissent mortellement la religion. Ailleurs, le Comte d’Angoulême est couronné par un ange et devient François 1er. Leur point commun? La ferveur religieuse. Deux mondes. Deux peuples. Deux manifestations de la croyance. Nous suivons des instants, des vies parallèles, dont les actes sont établis au nom de la religion. Peut-on tout faire au nom de la religion? Peu importe, le monde est en train de changer. Ce que semble ignorer François 1er. Les sentiments humains prennent le dessus sur la religion: ambition, soif de pouvoir, obscurcissement des cœurs et des âmes. L’obscurantisme en un mot.

Au fur et à mesure de la lecture, nous faisons connaissance d’univers différents et pas forcément catholiques: elfes, morts-vivants, etc. Les intrigues sont nombreuses et l’histoire Mondiale semble être écrit par les desseins et les actes humains. Quelque soit l’endroit dans le Monde Catholique, les intrigues vont bon train. L’histoire de François 1er se mêle à celle des marionnettistes des complots, de la vie, de l’Histoire, du Monde.

1515-1519 est un roman intriguant qui nous fait revisiter l’Histoire en regardant par le bout d’une lorgnette bizarre et parfois incroyable. Et si le Monde était le résultat d’actions d’un groupe d’individus qui tiraient les ficelles dans l’ombre? C’est peut-être déjà le cas? Vous allez voir les évènements mondiaux de cette époque  d’une manière que n’avait délivré aucun document historique.

L’amour, la trahison, les batailles agrémentent la lecture et titille notre curiosité. il ne faisait pas forcément bon d’être dirigeant en 1515-1519. François 1er vous le confirmerait sans aucun doute. Le chroniqueur de la tour nous emporte dans son Histoire mondiale revisitée par les efes, les humains, les morts-vivants, les intrigants, les victimes, le clergé. Les chapitres sont denses et envoûtants, ce qui n’empêche que la lecture est addictive et nous laisse imaginer une suite toute aussi belle et prenante.

Ma note 17/20

9791026219576   Ed. Librinova   476 p.

Publicités

Aztèques La croisée des Mondes – Eric Costa – 2018

Quatrième de couverture

Teotitlan 1517. Ameyal fille de chef téméraire, fière et impulsive, est enfin admise comme concubine. Le rêve qui se cache derrière son regard de jade: s’évader du harem d’Ahuizotl, le monstre aquatique. Mais, pour y parvenir, elle devra payer le prix.

D’un côté, la liberté et la vie. De l’autre, la mort ou la prison. Entre les deux, un parterre de fleurs sublimes et vénéneuses. Des rivales et ennemies qui ne lui laissent aucun répit. Un Maître qui la poursuit. Une alliée folle de désir. Une déesse qui l’a choisie pour servir d’obscurs desseins. Comment s’échapper de cette cage dorée?

Mon avis

Une cérémonie qui nomme les nouvelles concubines. Tel est le début de ce roman. Une cérémonie modeste qui permet à des femmes d’évoluer au sein du harem. Un harem qui ressemble à tous les autres à travers le monde. Où la vie, les amis, les inimitiés se font et se défont au rythme des intrigues. Ameyal y fait ses premières armes de concubine et n’a qu’un rêve : s’échapper.

Une belle histoire toute en finesse où les traditions Aztèques affleurent à chaque cérémonie. Où les traditions et les règles du harem montrent la rigidité de ce monde fermé qui fait fantasmer beaucoup de monde. Cette vie dans ce huis clos n’est pas de toute tranquillité. Et  Ameyal apprend vite. Aztèques La croisée des chemins nous emporte dans la suite des aventures de notre héroïne. Héroïne dont on ressent profondément les sentiments. Que l’on voit évoluer au fil des pages.

J’ai eu un coup de cœur pour Ameyal. Pour sa vie. Ses douleurs. Ses souvenirs, bons ou mauvais. Cette femme-enfant en avance sur son siècle. Dont les choix ne cadrent pas avec les traditions du harem. Cette jeune femme que son passé force à regarder vers l’avenir malgré les blessures du présent. Que lui réserve justement l’avenir? Arrivera t-elle à accomplir ses rêves?

Bien que ce soit la troisième saison, Aztèques – La croisée des mondes se lit aisément, séparément des deux premières saisons. Un roman qui se lit d’une traite tant il est prenant. Une très belle lecture.

 

Ma note 17/20

ISBN 9781980911168    330 p.

A la table du Roi Soleil – 35 recettes royales et simples – Marie et Françoise de La Forest – 2017

Mon avis

Quel beau livre! Pour une passionnée d’histoire comme moi, c’est un délice. A la table du Roi Soleil fait partie de la collection Cuisine d’histoire. Ce qui augure une superbe collection culinaire. Eh oui, préparez-vous à faire un merveilleux voyage dans l’univers de Roi Soleil.

On plonge dans une époque qui n’est pas méconnue des Français: celle du Roi Soleil, Louis XIV pour ne pas le nommer.  Une époque où l’art culinaire était prise très au sérieux. Elle reflétait la richesse et l’élégance royale. Du point de vue de la table. Des mets. Et même des métiers de la cuisine.

Oui, je l’avoue. Je me suis délectée. En grande gourmande que je suis. En épicurienne. Des mots. Des mets. De l’évolution de la table royale. Des traditions qui perdurent. En effet, vous découvrirez avec bonheur les origines de la présentation de plusieurs menus. L’étymologie des recettes, des plats présentés. Contrairement à ce que l’on peut imaginer, ces derniers étaient très élaborés et très diététiques. Chaque légume, chaque fruit avait sa raison d’être dans le menu. Les habitudes culinaires royales étaient nombreuses et tordent le cou à de nombreux préjugés tels que des leçons de maintien à table qui existaient déjà.

C’est un merveilleux voyage qui vous attend au pays des métiers de bouche. Beaucoup d’entre eux n’existent plus de nos jours. A la table du Roi Soleil vous permettra de les redécouvrir avec plaisir. Dites- moi, savez – vous ce qu’est une perce-pierre? Elles est servie avec une dizaine d’autres mets. Savez – vous qui sont les queux, les galopins, les avertisseurs? J’avoue, qu’avant de l’avoir lu, je n’en avais qu’une vague idée. Je vous laisse le bonheur de les découvrir.

A la table du Roi Soleil est une croisière au pays du plaisir culinaire qui s’enrichit de temps en temps du Français de l’époque. Une pure merveille. J’ai adoré. Cela donne beaucoup d’authenticité aux récits. Ce livre est une invitation au voyage. Un voyage à travers l’histoire. L’histoire de la cuisine royale. De ses recettes. Des hommes dont c’était le métier. Une histoire d’escapades au gré des menus, des traditions de la table. Une histoire dans l’Histoire.

Laissez – vous bercer par le vieux français, les anecdotes de la table royale. Voyagez en compagnie du Roy et de ses serviteurs. Vous ferez de belles découvertes, des rencontres insolites, inestimables et vous saliverez devant des mets fins et variés. Sans oublier les vins, bien sûr.

A la table du Roi Soleil est un beau livre à offrir. A garder précieusement dans sa bibliothèque. Surtout à lire pour avoir de bonnes idées de menus pour les repas de fête. Vous surprendrez vos invités.  C’est un livre à transmettre car la tradition se transmet de génération en génération. Oui, un livre qui est LA tradition culinaire Française. Tout simplement.

Ma note 18/20

ISBN 9791095480051   Les Editions du rêve   155 p.   Broché 35€

Chicago Requiem – Carine Foulon – 2018

Quatrième de couverture

William, issu d’une famille riche et influente, les Henderson, possède un théâtre cerné de speakeasies et de maisons closes. il aide son épouse, Susan à reprendre sa carrière d’actrice malgré la corruption et la prohibition. La sœur de William, Meredith, vient de passer cinq ans en prison. Résolue à se venger de son frère et de tous ceux qu’elle pense responsables de son incarcération, elle s’établit à Miami où elle rencontre un certain Al Capone. Le vaudeville peut alors virer au drame, à la scène comme à la ville.

 

Mon avis

L’Amérique à l’époque de la prohibition. L’époque où de grandes familles dirigeaient l’économie clandestine tout en ayant pignon sur rue. C’est de plein pied qu’on arrive dans cette saga.  Mais, dans un environnement feutré. Une plongée lente et parfois glauque dans une tragédie Shakespearienne.

On découvre chaque membre de la famille Henderson. Des personnages hauts en couleurs. Des femmes fortes. Des femmes de caractère. Pour la plupart. On évolue dans une atmosphère plus ou moins feutrée, à l’époques de personnages mythiques telles que Al Capone, Sarah Bernhardt. Dans un superbe manoir. Dans cette famille boiteuse, il y achicago requiem un canard encore plus boiteux que les autres. Ce canard boiteux du nom de Meredith tentera de régner sur le monde de la pègre.

On assiste à l’éclosion, la mise en place d’une partie du Monde du banditisme sous la houlette d’une femme éprise de vengeance et de reconnaissance. Le côté obscur de l’Amérique pendant la prohibition était violent, sans pitié. La rancœur, la jalousie, l’amour peuvent mener très loin. L’enfer, dit-on, est pavé de bonnes intentions. Dans cette saga, les intentions étaient-elles toujours bonnes?

Dans ce roman, les grands héros de cette époque ne sont que des figurants dans l’histoirechicago requiem de cette dynastie. Chicago Requiem – La Saga des Henderson montre la naissance d’une famille qui verse dans des affaires plus ou moins troubles. Nous découvrons la société de l’époque. Le style de vie où la passion peut parfois faire des ravages. Que va devenir cette famille? Marquera t-elle son époque? Comment?

La lecture se fait facilement bien que les mots soient parfois durs. Forts. Intenses. Violents. Comme le veut l’époque de cette saga. Chaque chapitre nous transporte encore plus loin que le précédent, dans les complots. Dès la première page, cette famille intrigante nous prend dans ses filets et nous emporte dans ses aventures. Nous devenons des spectateurs privilégiés de leur vie trépidante. De ce grand théâtre familial.

Laissez-vous emporter dans les pérégrinations de la famille Henderson. Vous ne lâcherez ce roman qu’à la dernière page. Et encore… Un agréable moment en perspective. Laissez-vous tenter.

Ma note 17/20

ISBN 9781980714477     Broché 16,50€    Kindle 3,99€    388p.

 

Le Malleus – Les sorcières de Sarry -Marie-Laure König

Quatrième de couverture

Dans ce roman, vous ne rencontrerez pas de vraie magie., car comme vous le savez, comme moi, les sorcières ne volent pas sur des manches à balai.

Nous sommes à l’époque tragique où la sorcellerie se faisait femme.  Plus de 100 000 procès pour hérésie au cours de deux siècles avec pour appuis le « Malleus Maleficarum » furent administrés. Ce manuel écrit par un moine inquisiteur haineux, Institoris, fut approuvé par la Papauté de la fin du XVe siècle. Il connut un essor considérable grâce à l’invention de Gutenberg et fut à l’origine de plus de 60 000 condamnations pour hérésie, essentiellement des femmes.

Découvrez l’histoire d’Alayone, une petite fille qui grandira à l’ombre du Malleus et qui apprendra son existence bien plus tard à ses dépens. Son tuteur, l’évêque de Chalons, lui enseignera la théologie. Elle sera également instruite sur d’autres sciences qui sont condamnées par l’église comme l’astronomie, l’étude des pierres à venin ou l’agronomie que lui transmettra une guérisseuse. Elle découvrira les effets dévastateurs des amours interdits, mais aussi Paris, ville emplie de magnificence, de pestilence et d’étudiants.

Beaucoup de recherches ont été menées afin de donner à ce roman d’amour et d’amitié une envergure historique. Vous serez plongé dans les usages et les coutumes d’un temps révolu, on vous parlera du procès de Jeanne d’Arc, de l’élection d’Innocent VIII et bien évidemment de l’évolution d’une idée qui germa dans la tête de Heinrich Kramer  jusqu’à l’oeuvre de sa vie, le marteau des sorcières.

Bienvenue en cette fin du XVe siècle où religion et politique sont intimement liées, à une époque où les caprices de la nature étaient indéniablement l’oeuvre du malin et de ses servantes, où l’incrédulité du peuple fut le meilleur instrument des ambitions des puissants.

 

Mon avis

Dès les premiers mots, on entre de plein pied dans la face sombre de cette histoire.  Une histoire malheureusement d’actualité. Que dire quand la religion vise à obscurcir l’évolution humaine? Quand religion et politique jouent dans la même cour? Celle de l’intérêt personnel? Quelle place a le savoir face à une société hérétique?

De tout temps, la femme a dû se battre pour se faire une place dans un monde d’hommes. Pour peu qu’elle soit très intelligente et très instruite, le monde -son monde- peut basculer. Telle est la superbe histoire d’Alayone, femme en avance sur son époque.malleus La société féminine. La société fanatique. Telle qu’elle fut à l’époque barbare de l’inquisition. Alayone, malheureusement, découvrira cette société dans toute son horreur. Une société froide. Insensible. Faite de mensonges. De fanatisme. Une société où la connaissance crée la peur. La terreur. Une société où la religion se veut Maître de pensée. Alayone, par son intelligence, fait la fierté de son bienfaiteur. Elle comprend l’idée que le monde religieux de son époque se fait de ses connaissances si riches. si dangereuses. Ce qui ne l’empêche pas de vivre avec passion une histoire d’amour d’une force inouïe. D’une tragédie folle.

Le Malleus – Les sorcières de Sarry est aussi décrit au travers du regard humain et aussi d’un chat. Le chat d’Alayone. Mais, il suffit d’un homme -d’un seul- mû par la haine. Qui agisse sous le couvert de la religion. Pour que le monde plonge dans le chaos. Le cauchemar. Que les intellectuels soient décimés. Ô ignorance! Ô haine! N’êtes-vous pas le moteur de destruction à travers les temps? Moteur de l’avilissement des femmes quimalleus seront vouées à l’enfer sur terre quelle que soit l’époque ? Femmes sacrifiées, diabolisées au nom d’une religion qui se veut masculine?

Le Malleus – Les sorcières de Sarry est écrit sous forme de journal intime. Un récit presque quotidien des évènements. Admirablement écrit avec le vocabulaire d’époque qui émaille le texte sans pour autant le rendre désuet. Vous souhaitez des éclaircissements ? Vous les avez en bas de page. Et ils sont très instructifs.  Le mot fin ne termine pas ce roman. Au contraire. Les réflexions sont intenses tant ce roman interpelle chaque once du cerveau humain. Des réflexions sur des maux qui ne sont guéris que par le bûcher.

Voici un roman historique de toute beauté. Bien documenté. Un délice à lire. Avec ce bel ancien français qui réjouit et flatte l’intellect. De très beaux moments de lecture en perspective. A conseiller. Un livre à offrir et qui se lira avec bonheur en bord de mer ou en montagne. Juste pour oublier le quotidien et apprécier l’instant présent.

Ma note 18/20

ISBN 9781973409588  http://www.ecrivonsunlivre.com. 308 p.  broché 14,90€