Matins d’altitude – Claire Chastan – 2013

Quatrième de couverture

Clara n’a pas de mots pour décrire le ciel changeant et habité qui fait défiler sur nos têtes son train de créatures voyageuses… C’est pourtant ce que révèle Claire Chastan dans ces matins d’altitude que l’on avale d’un trait comme une bouffée d’oxygène arrachée aux cimes de la montagne au terme d’une lente montée.[…]

Chronique

Pour certains, la vie est faite de passion. Et la passion ne s’explique pas. Pour Clara, la vie, sa passion c’est la montagne. Plutôt SA montagne, la Lance. Là où elle vit ses habitudes et ses plaisirs. Une sensation intime d’isolement. Un sentiment de redécouvrir à chaque fois son domaine. Un domaine inconnu des autres. Un domaine où elle reconnait chaque brin d’herbe, chaque sentier.

Au fil de ses sorties, Clara fait des découvertes sur cette nature qu’elle aime tant. Elle se remémore les légendes qui illustrent cette terre sauvage où seuls les animaux ont leur place. Matins d’altitude est une aventure où nous nous faisons discrets pour ne pas troubler la quiétude des lieux. Pour ne pas déranger une passionnée de la montagne. Pour pouvoir flâner en compagnie d’un guide solitaire.

Matins d’altitude est un pèlerinage sur une terre d’amour. Une terre de regrets. Une terre où le bonheur côtoie le malheur. Une terre faite d’immensité. D’ingratitude humaine. D’exploits inénarrables. Une terre de toute beauté comme cela existe tous les matins en altitude.

Note 17/20

9782919270040   Editions Les Trois Platanes   122 p.   15€

Publicités

Le pisseux – Damienne Lecat – 2019

Quatrième de couverture

Belle-doche, salope! Eric, gamin sensible et intelligent, invective ainsi en secret sa belle-mère qui ne rate pas une occasion de le maltraiter. Son père se voile la face, sa grande sœur Anne essaie de le protéger.  Encore une qui va me faire chier! Cinquante ans plus tard, Eric, misanthrope reclus dans son appartement, ne supporte ni Prune, sa nouvelle voisine, ni sa sœur qui l’entoure toujours de ses attentions. Un même personnage, une alternance de deux époques, un dénouement parallèle pour un drame psychologique caustique, non dénué d’humour et de poésie.

Chronique

Souvent, un homme devient adulte en fonction de l’enfance qu’il a eu. De l’amour qu’il a reçu ou non. Des parents qu’il a eu et de l’éducation qu’ils lui ont donné. Eric ne déroge pas à la règle. Une enfance douloureuse fait de lui un homme aigri  qui n’a aucune envie de côtoyer les humains quels qu’ils soient. Encore moins les femmes. Alors, qui est cette femme qui a décidé d’empiéter sur sa vie de reclus émotionnel? Que lui veut-elle?

Le pisseux. Un titre qui dit presque tout. Un titre qui insinue une violence verbale. Une violence tout simplement. Une violence gratuite que doit subir un enfant. Dans l’indifférence paternelle totale. Mais ce n’est pas le cas pour sa sœur. Le pisseux. L’histoire d’une promesse. Celle d’un enfant à une mourante. Le Pisseux. Un enfant dont la vie est faite de maltraitance, de cris, de coups. Pourquoi un tel surnom? Qui a bien pu avoir la mauvaise idée de le surnommer ainsi? Cet enfant qui a vécu le martyr ira au-delà de ses forces pour s’en sortir. Où sont ses parents? Que font-ils face à un déferlement haineux qui l’accompagne?

Que de souffrance. Que de solitude. Que de force dans la vie du petit Eric face à un tortionnaire. Une résilience qui peut paraitre mal adaptée. Une résilience qui a l’intérêt de le faire avancer à l’aveugle dans la vie. Vie routinière. Vie pansement. Vie brisée par un manque total de confiance envers les autres. Nous découvrons une enfance saccagée. Une enfance torturée. Une enfance que les adultes rendent vide. Vide d’amour. Vie de mansuétude. Cependant, une bouée à laquelle Eric peur s’accrocher. Une bouée qui ne l’appellera jamais le pisseux

Note 17/20

9782806104441   Editions Academia/l’Harmattan   120 p.   13,50€

Le livre perdu de Léonard de Vinci – Francesco Fioretti – 2019

Quatrième de couverture

Milan, 1496. Léonard de Vinci attend avec impatience de rencontrer le frère Luca Pacioli, célèbre mathématicien dont il espère apprendre beaucoup. Il découvre à cette occasion un portrait énigmatique et un code caché que son nouvel ami souhaite lui faire décrypter. Mais suite à l’assassinat d’un moine et au vol d’anciens textes byzantins qui sont d’un intérêt inestimable pour les mathématiques, les deux hommes voient leurs projets perturbés. De Milan à Venise, de Florence à Urbino, à travers une Italie où s’achève l’époque pacifique de Laurent de Médicis et des Sforza, ils se lancent sur les traces de l’assassin et des manuscrits volés.

Chronique

Léonard de Vinci, à travers les siècles, attise la curiosité. Qui est cet homme qui a réussi de si belles, de si grandes oeuvres? Quel genre d’artiste, de chercheur, de pionnier était-il? Était-il déjà reconnu à son époque ou l’a t-il été beaucoup plus tard? Francesco Fioretti nous emmène à la rencontre de cet homme de connaissances.

Au fil des pages, des chapitres, des mots, nous découvrons un  homme d’une grande curiosité. Ce qui fera sa force. Nous découvrons une fresque de cette époque où les hommes étaient ouverts à la science, à la mécanique, à l’art sous toutes ses formes. Nous découvrons aussi comment Léonard de Vinci trouvait son inspiration et procédait pour peindre les personnages de la très réputée cène. Nous faisons la connaissance des prémices de ce qui augure les heures noires de la religion.

Le livre perdu de Léonard de Vinci nous peint une époque d’une grande richesse intellectuelle, scientifique et artistique. Cependant, une époque où les secrets abondaient et attisaient les convoitises. Des secrets qu’il fallait protéger au péril d’une vie. Léonard de Vinci le fit-il? Un récit intense qui nous plonge au cœur des mathématiques, des sciences, des calculs divers et variés (sudoku, entre autres). Le livre perdu de Léonard de Vinci est un récit qui nous fait voyager dans une Italie de complots et de trahisons où de nombreux secrets sont peut-être inscrits dans le livre perdu de Léonard de Vinci.

Note 17/20

9782357204553   H.C. Editions   255 p.   22€

 

Editions Hélium

hélium nnLes éditions hélium ont été créées en octobre 2008, les premiers titres sont parus au printemps 2009. Composée d’une petite équipe de 4 personnes, la maison revendique un travail d’artisan autour des auteurs pour définir des objets singuliers, un traitement graphique innovant et une proposition de lecture qui flirte avec le jeu et allie plaisir pour les adultes et pour les enfants. Le catalogue hélium dirigé par Sophie Giraud, qui avait auparavant créé les éditions naïve livres, s’est étendu depuis le printemps 2015 à la littérature générale et aux beaux livres. Hélium a rejoint les éditeurs associés d’Actes Sud fin 2011.

COUV-partisanslaisserdadresse-plat1-2018.11.28-625x800MattHaig_Couve-650x850

Orlan & Byggvir une vérité inattendue – François Curchod – 2018

Quatrième de Couverture

Orlan accompagné par son ami Byggvir va bientôt quitter le petit village de Morneséjour où ils ne se sont jamais sentis à leur place, pour rejoindre la capitale Catalgam. Son objectif, remporter le tournoi des aspirants chevalier et entrer au service de l’empereur pour partir combattre les Orghoviens. Pourrait-il réaliser son rêve ou sera t-il rattrapé par les étranges évènements qui se déclenchent autour de lui, de son ami et de Baldur, le terrible ministre de la Guerre qui semble avoir une dent contre eux?

Chronique

Deux amis d’enfance unis par leurs rêves. Unis par leur famille atypique. Ils mènent une vie routinière jusqu’au jour où le ciel leur tombe sur la tête. Que se passe t-il? Qui pourra leur expliquer? Quel sera leur destin? Ils ont des projets plein la tête et savent que leur avenir est tout tracé. L’accompliront-ils?

Orlan &Byggvir une vérité inattendue est l’histoire d’une amitié. D’une loyauté. D’une longue complicité entre deux hommes. C’est aussi l’histoire d’un secret longuement gardé. Quel est-il? Qui en est le dépositaire? Ont-ils une destinée à accomplir? C’est le récit de nombreux secrets ignorés par les deux amis. Des secrets qu’ils sont loin d’imaginer. Les découvriront ils? Ces secrets pourront-ils les aider à accomplir leurs rêves? Qui sont toutes ces personnes qui gravitent autour d’eux?

Les chapitres sont titrés et nous permettent d’augurer la suite des aventures des deux héros. La lecture est addictive car nous sommes intrigués par tout ce qui se passe et curieux de la suite. Les mots se suivent et nous décrivent un monde fantastique fait de secrets auxquels nous ne pouvons accéder que par à-coups, aiguisant ainsi notre curiosité. Les personnages sont plus mystérieux les uns que les autres.

Orlan et Byggvir une vérité inattendue est le récit d’un destin que l’on a du mal à cerner, mais pressenti comme grandiose. Des pouvoirs sont dissimulés. Des vérités sont tues. Mais la promesse d’un bel avenir est présente en filigrane et reste le fil rouge de l’histoire. Un grand mystère qu’on prend plaisir à découvrir.

Note 17/20

9782889490646   5 Sens Editions    260 p.   17€

Extérieur Jungle – Vanessa Fucks – 2019

Quatrième de couverture

Ce qu’il avait voulu, c’était quoi? Etre un artiste, être aimé, se voir, qu’on le voit? Mais qu’on le voit tel qu’il était ou tel qu’il voulait être? Oui, il voulait son nom en gros sur les affiches, et cette femme si belle, si talentueuse à son bras. Il avait voulu tout cela si fort et pourtant tout avait disparu. Mais, n’était-ce pas justement cela l’essence de l’Art? Tristan est un acteur, du moins il le croit. Il croit que le vide qui l’habite peut s’emplir de la vision d’un autre et rayonner au-delà de sa propre existence. Et tant pis si  cette vision ressemble plus à un gouffre sans fond qu’à une aura. Qu’a t-il à perdre à présent, à part le peu de lui-même qu’il lui reste?

Chronique

Qui n’a pas connu une rupture douloureuse? Celle qui vous arrache le cœur, vous démolit l’âme et vous laisse hagard de douleur? Tristan traverse ce moment avec pénibilité et une bonne dose de plaisir à l’autodestruction. Cependant, il doit s’efforcer à reprendre sa vie en main s’il ne veut pas que sa vie professionnelle se termine dans le même état que sa vie privée.

Nous suivons le parcours d’un homme qui se noie dans sa douleur. D’un homme pris d’une douce folie destructrice et qui ne semble pas pouvoir remonter la pente. En a-t-il seulement envie? Peut-être qu’un voyage, un film à l’étranger, en compagnie d’un metteur en scène talentueux et complètement fou…

Extérieur jungle. Un euphémisme. Une folie des hommes. Une fin de non recevoir d’un artiste au bout de lui-même. D’un acteur  pris dans les rêtres d’un savant fou avec un clap pour arme. Mais pas que. Devrait-il aller au bout de la folie pour retrouver le goût de vivre? Aller au bout de la douleur pour se sentir renaître? Aura t-il ce sursaut de survie qui l’empêchera de plonger au fond de la détresse, du désespoir? Devra t-il subir l’extrême folie de l’humain pour enfin assainir sa douleur? L’existence est-elle en fonction de la reconnaissance mondiale? Ce qui est sûr c’est que le début sera la fin et peut-être que la fin sera renaissance.

Note 18/20

9782379120039   Editions Et le bruit de ses talons    149 p.   15€

 

Partis sans laisser d’adresse – Susin Nielsen – 2019

Quatrième de couverture

Félix Knutsson, douze ans trois quarts, vit avec sa mère, Astrid, et sa gerbille Horatio. Tous trois vivent dans un Combi Volkswagen « emprunté ». Astrid assure que la situation va s’arranger dès qu’elle aura trouvé du travail, et fait promettre à Félix de garder le secret. L’adolescent tient sa langue et parvient à faire sa rentrée dans un nouveau collège, comme si de rien n’était. Mais à mesure  que l’hiver s’approche les temps se font de plus en plus durs. Félix en est sûr: la meilleure manière de s’en sortir est de participer à son émission favorite, qui, que, quoi, quand?. S’il gagne, il remportera vingt cinq mille dollars, et alors Astrid et lui n’auront plus aucun souci à se faire.

Chronique

Un jeune garçon un brin mature. Une mère qui est une sorte d’adolescente dans sa manière d’agir. Une mère aventurière qui prend la vie comme elle vient. Ce qui rend leur vie bien aventureuse. Hasardeuse.

Félix subit la vie que lui fait mener Astrid, sa mère. Avec stoïcisme. Cependant, il n’est pas facile de vivre quand on se retrouve sans logement et que l’on vit dans un Combi. Que répondre quand on vous demande une adresse? Comment avoir un minimum d’hygiène quand on prend un bain à la sauvette? Comment expliquer sa situation à des amis, surtout quand on a douze ans trois quarts? Félix le geek se sent plus responsable que sa mère. Il n’accepte pas toujours les actions de cette dernière. Mais comment le lui dire? Comment lui expliquer sa colère, son ras le bol? La colère de subir son caractère à l’origine de tout leurs déboires. Et que dire de sa mauvaise foi et de son orgueil mal placés?

Partis sans laisser d’adresse est l’histoire d’une longue descente aux abymes d’un enfant et de sa mère. Deux personnes qui perdent peu à peu pied pour s’installer dans une voiture. C’est l’histoire d’une famille qui se cache du regard des autres. Du regard que la société pourrait leur porter. C’est l’histoire de milliers de gens qui nous entourent, qui vivent cette détresse et qui font tout pour se fondre dans la masse. C’est l’histoire d’une désespérance. C’est un cri terriblement muet que poussent des milliers de familles autour de nous. Partis sans laisser d’adresse est le récit d’un espoir envers la générosité humaine. C’est un roman, très pudique, qui nous fait réfléchir profondément. Qui nous pousse à regarder autour de nous pour voir ce qui se cache sous un vernis d’apparence. Cette misère tue par les mots. Criée par les attitudes et les comportements. C’est un roman qui nous fait comprendre pourquoi certains courriers sont retournés avec la mention « partis sans laisser d’adresse« .

Note 17/20

9782330120566   Editions Hélium   240 p.   14,90€

 

 

 

How to stop time – Matt Haig – 2019

Quatrième de couverture

Tom Hazard vient de postuler pour devenir professeur d’histoire dans un collège londonien. Il se tient résolument à l’écart des autres. Car Tom a un secret. Il est atteint d’anagérie, une condition qui survient à la puberté et provoque un vieillissement extrêmement plus lent que la normale. Il doit donc tout faire pour ne pas éveiller les soupçons  et risquer de devenir un objet d’étude scientifique ou, pire, d’être tué. Il renonce ainsi, à chaque fois que le danger se précise, à la vie qu’il s’est construite, recommençant tout à zéro ailleurs. C’est ainsi qu’il a dû abandonner sa fille, atteinte du même mal que lui. Depuis lors, il n’a qu’une idée en tête: la retrouver, morte ou vivante. Mais voilà qu’il est en train de tomber amoureux de Camille, une simple mortelle _ lui qui sait que l’envie de se rapprocher d’elle est la pire chose qui puisse lui arriver…

Chronique

il existe des livres qui, dès la première page, nous donnent une envie furieuse d’aller à la dernière page pour voir la fin. Et on se fait violence pour le lire normalement de la première à la dernière page. How to stop time en fait partie. Qui n’a jamais rêvé de vivre longtemps?  Très longtemps? De traverser les siècles en secret? D’être multi centenaire? Comment le vivrez-vous? Figurez-vous que Tom jouit de ce privilège. De cette malédiction. Comme lui, auriez-vous la force de traverser les siècles et de revenir à votre première vie? Supporterez-vous de voir disparaître les personnes que vous aimez?

How to stop time nous fait revivre les tribulations d’un homme qui a un lourd secret. un secret qui le ronge jusqu’à la moelle. Un secret qui peut se révéler dangereux pour lui. Un secret qui lui pèse tant qu’il a envie de s’en défaire. Cependant, ce n’est pas si simple. Avec cet homme, nous empruntons les pas de l’histoire. Des réalités de diverses époques. Nous assistons à l’annihilement de nos certitudes historiques. Sur la pointe des pieds, nous le suivons dans sa recherche de sa seuls réussite. Dans la recherche du grand regret de sa vie: Sa fille Marion qu’il abandonnée.

How to stop time est un roman d’un grande tendresse. D’une grande humanité. Un romans fait de nombreux flashbacks  d’un humour très fin. De souvenirs qui s’incrustent et font fi des états d’âme de Tom. Des souvenirs qui font fi de ses regrets.  Des souvenirs qui s’imposent comme un pique-assiette sans vergogne. Tom poursuit ses errances au gré de ses souvenirs. Il est possible qu’il veuille échanger son sort contre celui d’un éphémère. Qu’il soit prêt à lui expliquer how to stop time.

Note 17/20

9782330117245    Editions Hélium   352 p.    16,50€

 

Un goût d’Europe – Janelly Fourtou – 2019

Quatrième de couverture

Janelly Fourtou retrace pour nous le quotidien d’un député européen au féminin. Avec humour et sensibilité, elle décrit au fil des jours  ses dix années de mandat, marquées par un réel sens de l’engagement: un parcours d’abord initiatique, avec ses codes minutieux, mais aussi les nombreux voyages et la découverte de lieux extraordinaires – dont l’imposant Parlement de Bruxelles -, sans oublier les rencontres avec ses confrères d’horizons si différents. Au-delà du devant de la scène, Janelly, telle Candide en Europe, nous livre ses réflexions, tout en finesse, et toujours sans concession, sur le backstage (l’envers du décor) souvent cruel, notamment pour les « débutants », les détails matériels qui ont pour autant leur importance, les échapppées entre d’interminables réunions, salutaires ou déprimantes, et beaucoup d’anecdotes […].

Chronique

Comment s’adapte un  député Européen? Quel est le chemin qui mène à ce creuset tant désiré et si intimidant? Janelly Fourtou  nous fait découvrir un monde dont tout le monde parle, mais  que personne ne connait. Un monde hermétique. Un monde énigmatique.

C’est avec un humour fin que nous accompagnons l’auteure dans son voyage vers ce projet dont elle ne rêvait pas et qu’elle a atteint presque par hasard. C’est pas à pas, avec précaution que nous entrons dans la sphère de l’Europe. Dans un goût d’Europe – journal d’une députée européenne, nous assistons à sa prise de poste. Un saut vers l’inconnu. Avec beaucoup d’humour, nous assistons à son besoin de satisfaire tout le monde quitte à s’éreinter entre deux réunions, deux trains, deux hôtels. Le grand écart est de mise. Finalement, c’est le même cheminement que tout quidam qui prend son nouveau poste, sauf  que le lieu est impressionnant.

Un goût d’Europe, journal d’une députée européenne nous invite à suivre chaque démarche. Chaque réunion. Ce qui est très intéressant et en aucun cas ennuyeux. Au contraire. Comment se passent les débats? Comment sont préparées les motions? Et ces rencontres entre ténors de la politique? Pas de secret. Pas de langue de bois. Tout est dit. Tout est expliqué. En sus, nous avons les réflexions de l’auteure. Ce qui est très amusant.  Un humour très fin. Nous avons l’impression d’assister aux passations du pouvoir. Un journal qui raconte avec des mots simples qui font du lecteur un témoin du monde Européen. Qui lui donne un goût d’Europe.

Note 18/20

9791030202809   Fauves Editions 254 p.   22€