Les sous-Teckels – Virginie Vanos – 2014

Quatrième de couverture

Ils sont parmi nous! La majorité silencieuse, les conformistes passifs-agressifs, les petits esprits trop bien-pensants, nourris de préjugés et emplis de « prêt-à-penser »! Comment donc être heureux et tenter de se faire une place au soleil alors que l’on est considéré comme un outsider?

 

Mon avis

Sincèrement, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais au vu du titre du roman. Je me suis régalée et bien amusée. Un regard fort. Très fin. Sur l’Humain. La naissance des « bien pensants ».  Une Horde qui se forme et se serre les coudes dès l’enfance. Attention à ceux qui ne rentreront pas dans les cases qu’ils ont créées. Leur vie sera un enfer. Quel que soit leur âge. Un regard sur la réaction sociétale face à celui qui ne correspond pas, qui ne ressemble pas à leurs exigences. A celui qui est différent.

J’ai aimé les sous- teckels. Une sorte de tendresse pleine de souvenirs. Eh oui, j’ose le dire, des souvenirs. Qui n’a jamais fait partie ou été victimes des sous – teckels? Chacun s’y retrouve. Bien malgré lui, parfois. On voit évoluer ces bêtes. Nuisibles pour eux et pour la société. Ces êtres que l’on retrouve dans toutes les strates sociales. Une belle analyse de l’Humain. Pleine d’humour. D’une profonde acuité aussi.

Les sous – teckels est un livre qui ne laisse pas indifférent. Qui questionne les consciences. J’ai un peu buté sur les initiales ST à la place de sous – teckels, tout au long du roman. C’est le seul bémol. Voici un livre à lire pour se régaler. Questionner nos actes. Analyser notre comportement.  A lire. Tout simplement.

 

Ma note 17/20

9782332765 703  Ed. Edilivre  177 p. 16€

Publicités