Pomme – Yaël Delalandre – 2015

Chronique

Une histoire sans mots. Une histoire en images. Une histoire imaginative. Une histoire pour enfant. Pour stimuler son imagination. Pour le laisser se fabriquer son histoire. Pomme. Le fruit ou la petite fille. Les tribulations d’une pomme et de son pommier. La fidélité d’une petite fille à son arbre. Disons  même, les aventures et les mésaventures d’une petite fille et de son pommier préféré.

Pomme est un petit livret pour enfant de plus de trois ans. Les croquis sont couleurs pastel. Une couleur qui accroche le regard. les pages sont épaisses et peuvent être tournées, manipulées par un enfant. Les dessins sont stylisés de manière à ce qu’un enfant s’y retrouve sans peine car il aura l’impression de les avoir dessinés. De beaux moments de partage parents-enfants. Pomme stimule l’imaginations des tout petits qui raconteront leur histoire. Leur conte. Une histoire qui changera chaque jour peut-être. Selon leur humeur. Ils feront un bout de chemin avec pomme.

Note 18/20

9782322016372   Book on Demand   28 p.   8,88€

 

 

Publicités

A fleur de fables – Dritëro Agolli – 2010

Quatrième de couverture

Va, petit, va, dans la fournaise de l’été. Va, dompte ce cheval à l’échine rebelle. Dont la crinière flamboie comme un brandon. Pousse-le au plein cœur de la montagne verte.

Chronique

Quand j’ai vu le titre dans le catalogue des Editions Fondencre, cela a été un véritable coup de cœur. A fleur de fables. Un titre qui est un poème à lui tout seul. Effleure t-on les fables? S’envolent-elles au gré des mots? Les effeuille t-on comme les marguerites en murmurant « un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout« ? Ce titre m’a fait rêver et je n’ai pas été pas déçue.

Des poèmes courts, longs. Des poèmes où les mots s’épèlent dans un doux bruit. Un doux murmure. Un plaisir fin et fort. Fermer les yeux et déclamer: « Le neige est silence tant qu’elle est neige vive Et ne parle jamais qu’au moment de mourir« . Nous entendons le bruit du silence. Le crissement des pas  dans la neige qui se meurt. Ces mots écrits sur des feuilles ivoires, accompagnées ou plutôt illustrées de superbes graphiques.

Les sons nous emportent dans un monde où l’imagination est sans fin. Nous voyageons au gré des allégories, des rimes, des silences qui étreignent le rythme de la déclamation.  A fleur de fables nous fait rêver les mots. La beauté des mots. la douceur des rimes. Au rythme des alexandrins qui sautillent dans un doux silence, pour embrasser ou croiser les rimes au gré du poète. Des poèmes qui nous caressent à fleur de peau. A fleur de fables.

Note 19/20

9782953334333   Editions Fondencre    63 p.    17€

 

 

 

La Martinique à travers la carte postale ancienne – 2016

Quatrième de couverture

« Il faut épier le réel, ces existences surgies de tous les écarts, ces signes dans les regards qui s’accordent une espérance, cet outre-soi qui n’abdique pas, tout cela restitue l’identité de l’île, terre mouvante entre des passages orphiques, terre convoitée par les battements de cœur de l’histoire, terre de grands cris et de non-dits qui chacun ont leurs mystères, d’où soudain nous parvient le pays, jusqu’alors caché entre deux failles qui communiquent. »

Mon Avis

La Martinique. A travers le temps. Une île comme vous ne l’avez jamais imaginée. Des cartes postales en noir et blanc. Les cartes géographiques qui datent d’une époque où les traces étaient des chemins connus de tous. Au détour d’une page, les métiers de « Antan lontan« , comme dirait un certain Raphaël Confiant, défilent avec les costumes traditionnels. Avec les foulards qui expliquaient le statut matrimonial. Avec les places des villes où les marchandes se promenaient avec sur la tête leur marchandises, où se côtoyaient les élégantes qui se mesuraient du regard.

C’est toujours avec plaisir que l’on découvre des lieux avec une histoire, un passé. Les Editions HC déclinent ce beau livre en différentes régions françaises. Dans la Martinique à travers les cartes anciennes, les mots sont de prose et de vers. Ils riment avec beauté. Avec harmonie. Avec nostalgie. Ils nous parlent de l’Histoire (la grande et la petite). Des anecdotes propres à chaque morne. A chaque monument. Les cartes postales sont sources de tendresse. Elles sont un regard cru sur la société de l’époque.  Une société où la vie était dure, mais simple, mais belle. Une vie où la nature avait sa place. Une vie où rien n’était folklore

Au détour d’une page, Saint-Pierre, ville sacrifiée à un volcan vindicatif. Saint-Pierre, ville qui renaitra de ses cendres fumantes. Brûlantes. Et ces métiers qui, aujourd’hui, ne sont que des mots: marchand de balais. De paniers caraïbes. Des mots superbes qui font imaginer, rêver l’époque. Ces dames âgées, la pipe à la bouche. Ces danseurs de ladja, maîtres des bourgs, aujourd’hui tombés dans l’oubli.

Alors, imaginez ces mêmes cartes décrivant le passé du Périgord ou d’ailleurs, vous permettant ainsi de découvrir votre région. Un très beau voyage à travers le temps.

Ma note 19/20

9782357202634   Hervé Chopin Editions    160 p.   18,50€

 

Le poème dont vous êtes le héros – Guillaume Prié – 2017

Quatrième de couverture

Et je me penche alors, je regarde les flots:

c’est ma vie que je vois, je suis une goutte d’eau

un être qu’on emmène, sans lui dire où il va

Vers la mer où finit son voyage ici-bas

Rencontre avec quelques gouttes d’eau intimement liées les unes aux autres, qui rêvent de vivre et vivent pour rêver. En refusant de se laisser ballotter par les évènements et les règles imposées, ils découvrent petit à petit que la vie qu’on mène est, toujours, celle qu’on choisit. Que si la destination est connue, il n’est jamais trop tard pour détourner la rivière!

 

Mon avis

De la poésie. Des strophes qui accompagnent des tranches de vie. Des vie de Monsieur et Madame Tout le monde. Des strophes. Des vers croisés ou embrassés qui débutent chaque vie. Une poésie qui vagabonde et tisse des vers dans la vie des personnages et lesguillaume Prié lie à jamais les uns aux autres.

Du sérieux. De l’humour. Un humour très fin. Qui se lit dans les mots. Entre les mots. Dans les pensées des personnages. Personnages sublimes de suffisance, tel Anatole. Anatole qui reconstruit le monde. Son monde, au gré des discussions. Discussions de Ban Bayan. Ban Bayan qui reprend sa vie en main, comme tous les personnage de ce livre. La lecture est très fluide.

Les mots sont secs. Francs. Précis. Profonds. Ils chantent une ode au renouvellement. Au recommencement. A la renaissance. Les mots font la ronde autour des vies, des destins. Et tel le fil d’Ariane les guident vers leurs choix. Leur destinée.  Des mots qui chantent la liberté. Le renoncement qui annonce l’accès à une autre vie.  La poésie n’est pas que dans les strophes. Elle est aussi dans les textes. Textes qui peuvent être d’une bellepoème héros légèreté. Légèreté  faite de profondeur. Profondeur des personnages. De leur vie. De leur âme. De leur destin.

La lecture est rythmée. Poétique. Profondément belle. Le poème dont vous êtes le héros est un petit livre riche de beauté. Qui tient dans la main. Dans la vie. Qui chante la vie  et l’embellit. Il est d’une rare beauté. Beauté subtile. Subtilité des mots. Des histoires. Le poème dont vous êtes le héros vous fait réfléchir à l’influence que vous pouvez avoir sur votre vie. Vos choix de vie. Votre devenir. Qui n’a jamais pensé  » Et si j’avais fait Autrement…? ». Ce livre peut être une très belle réponse. Il se termine par un beau recueil de poème qui nous régale de rêves. De force.

A mettre entre toutes les mains. Sans modération. Un livre qui chante la liberté de penser. De choisir. D’être tout simplement.

Ma note 16/20:

 

ISBN 9782956207009  Ed. Le livre en papier   185 p.