Sapin-Lilas – Alvyane Kermoal – 2018

Quatrième de couverture

Ce sont des temps que l’on ne compte pas, mais des années  que l’on n’oublie pas. On va doucement vers le bout de sa vie et les souvenirs affluent comme pour nous dire : »Regarde, tu as eu de beaux moments dans ce qui fut le pire« .

Une mère et ses jumeaux devant les belles vitrines des grands magasins à Paris. La détresse d’une femme qui travaille et ne peut rien offrir à ses enfants….rien….sauf…la dignité. Une pièce jetée au sol et le rêve se brise. Le « bienfaiteur » pourra t-il comprendre ce qu’elle va essayer de lui montrer avec le Sapin-Lilas?

Mon Avis

Une colombe en plein vol prise dans une boule de neige. Telle est la couverture de ce roman. Un symbole? Perte de liberté? Fin du rêve? Début du cauchemar? Comment vivre quand la vie est compliquée? Surtout comment faire pour que les enfants ne la subissent pas trop?

Sapin-lilas. Une belle invention pour les fêtes de Noël. Le symbole d’une vie compliquée mais belle. Celle de Sybille et de ses deux enfants. Le symbole de la simplicité. De l’amour profond. Sans fards.  Sans faux semblants. Symbole de l’amour innocence. De cette pauvreté riche d’autre chose  que de biens pécuniers. Que signifie la pauvreté? Sur quoi se base t-on pour l’attribuer à quelqu’un?

Sapin-lilas nous montre la vie. La vraie. Sans ostentation. La vie dans toute sa beauté et tous ses manques. C’est aussi une belle leçon d’amour. De partage. De don de soi. De don de son temps. Sans rien attendre en retour. Sapin-lilas est une offrande superbe sur l’autel des idées toutes faites. Des idées convenues sur les pauvres. Sur ceux qui ont très peu de pouvoirs financiers. Une famille, sans biens matériels, mais avec tant d’amour. C’est ce que nous découvrons au fil des pages. Au fil des mots. Un espoir en l’humanité. Une famille d’une grande simplicité et qui se nourrit de petits moments de bonheur.

 Un livre qui se dévore rapidement. Un livre qui fait réfléchir aux priorités de la vie. Un roman qui démontre la force de la résilience. Avec pudeur. Avec sensibilité. Avec générosité. L’art de faire de sa vie  des moments uniques malgré le manque financier. Manque qui n’entame pas la joie de vivre. Le plaisir de regarder autour de soi sans juger. Le plaisir de donner juste pour voir une étincelle de bonheur dans un regard inconnu. Des rencontres inoubliables et mémorables qui deviennent de précieux moments de partage. Juste pour voir le bonheur. La joie. Tant d’émotions qui ont tendance à déserter notre société. Au fait, qu’est-ce qu’un sapin-lilas?

Ma note 19/20

9781790980475   Autoédition   80 p.

Publicités

L’utopie NanoTotal – Vincent Ferrique – 2017

Quatrième de couverture

Dans un futur proche, les peuples ne s’entredéchirent plus. Les famines sont reléguées aux oubliettes de l’histoire, ainsi que le chômage, la maladie ou la misère. Sous la houlette des puissants de ce monde, NanoTotal, une archi-société de haute technologie, a réalisé l’impensable: pacifier la Terre. Mais, quel prix a payé l’humanité pour cette utopie? Un jeune homme qui échappe à l’emprise de NanoTotal le découvrira, bien malgré lui…

 

Mon avis

En refermant l’utopie NanoTotal, je suis restée pensive. En toute positivité. « Oh mazette, pourvu que cela n’existe jamais ». Telles ont été mes premières pensées.  Dès les premiers chapitres. Que penser d’un monde utopique? Est-ce un monde dont rien n’est maîtrisé? Un futur où les sentiments, quels qu’ils soient, se font linéaires? Est-ce le monde que nous souhaitons? Du fait de ses études scientifiques, Vincent Ferriqueferrique anticipe-t-il le monde de demain? C’est intrigant. Merveilleusement. Et c’est si bien raconté.

La lecture de l’utopie NanoTotal nous fait réfléchir sur notre société actuelle. Notre société de consommation. Avec étonnement, nous suivons Sockys et Michellin dans leur quotidien plein de bonheur. Extatique.  Que direz-vous d’une très belle vie? Paisible? Lisse? Uniforme? Imaginez-vous vivre dans une société où le moindre de vos désirs sera assouvi? Où vous n’aurez plus de choix dantesque à faire? Cela semble merveilleux. Oui, en effet. Jusqu’à ce qu’un minuscule grain de sable vienne gripper la machine. Merveilleux grain deutopie sable!

L’utopie NanoTotal  est un vrai délice de lecture. Les chapitres sont courts et l’écriture est très fluide. J’ai adoré les clins d’œil à notre société de surconsommation et géopolitique actuelle. Il s’agit d’un livre qui dérange et fait poser les bonnes questions. Un roman qui nous fait entrevoir un monde avilissant qui ne dit pas son nom. Un monde qui existera peut-être d’ici quelques décennies.  La cerise sur le gâteau est à la fin du roman. Un pur bonheur!

Un livre pour les gourmands, les gourmets des livres. A dévorer sans modération. Pour se délecter. Surtout, n’oubliez pas entre deux gorgées de thé, d’entrevoir notre futur. Allez-y, régalez-vous!!!

Ma note 18/20

ISBN 9782490121114  Ed. AFNIL   258 p.    Broché 9,50€  Format Kindle 2,99€

 

 

Un jour, un moment

C’est arrivé. Un jour. A un moment. Un moment furtif. Immobile dans le temps. Un temps furtivement lent. Furtivement long. Le genre de moment qui vous marque. Qui vous fait oublier l’instant. L’instant présent. L’instant important. Plus important que le souffle de la vie. Ce moment là….

clouds-21156__340C’est arrivé. Personne ne l’a su. Personne n’a voulu le savoir. C’est arrivé. Dans une indifférence générale. Un moment invisible. Lumineusement invisible. Bruyamment insonore. Un jour qui semble être comme un autre. Mais si unique. Si insaisissable. La nouvelle est tombée…

Une nouvelle incroyablement violente. D’une violence crasse. D’une violence sans nom.sunset-205717__340 Le genre de violence qui balaye tout sur son passage. Qui vous laisse à genoux. Sans voix. Sans souffle. Une tempête. Un raz de marée. Tout à été balayé. Emporté. Noyé. Brisé. Même l’horloge du temps. L’horloge de la vie.

Il s’en est allé. Il a tiré sa révérence. Il s’est enfui. Il a fui. Sur la pointe des pieds. Doucement. Sournoisement. Il s’en est allé. Laissant la place au silence. Au terrible silence. Silence de désespoir. Silence de culpabilité. Silence… Il n’est plus. Il ne sera peut-être plus. Pas la peine de le chercher. Il est resté introuvable. Il a louvoyé entre les moments de la vie. Il s’est éclipsé. Il s’en est allé, oubliant cette marionnette branlante de la vie. Il s’en est allé. Sans un regret. Sans un regard en arrière. Le bonheur….