Publié dans Jeunesse, Polar, thriller

La maison dorée – Nicole Chappe – 2017

Quatrième de couverture

D’où vient ce mystérieux message collé sur le parapluie de Flo, à son retour de collège? Intriguée, elle se confie à son amie Elsa. Toutes les deux décident d’en parler à Max, un passionné des codes secrets. Lui seul peut les aider! En un éclair, l’énigme est résolue cependant une question demeure: s’agit-il d’un simple jeu ou d’une histoire sérieuse? Les jours suivants, Max se fait silencieux… Le bout de papier n’a pas dit son dernier mot: Il conduit Flo et ses amis à la Maison des Bulles où une inconnue leur raconte une étrange histoire: un chercheur vient de faire une découverte géniale mais des voleurs sans scrupules l’ont dépouillé de sa dernière trouvaille. Voilà les nouveaux amis prêts à braver tous les dangers pour aider l’inventeur à retrouver ce qui lui appartient. Mais l’affaire n’est pas simple n’est pas simple et ils vont de surprise en surprise… Parviendront-ils à atteindre leur but?

Chronique

Un jour de pluie. Un message codé qui semble tomber du ciel. Enigme? Jeu de geek? Bout de message? C’est le début de l’aventure pour Flo et ses amis, Max et Elsa. D’où vient ce message? Doit-il être pris au sérieux? Une recherche qui pourrait s’avérer dangereuse. Pourquoi ne pas garder le secret? Et s’il y avait des espions? Malgré leur peur, les amis s’interrogent sur l’origine de ce mot et sont décidés à tout découvrir.

La maison dorée est une enquête très troublante. Presque secrète. Faite par de jeunes adolescents stimulés, intrigués par un bout de papier et un rébus. C’est un thriller prenant qui entraine ces jeunes gens ainsi que nous dans une enquête trépidante. L’atmosphère s’alourdit au fil des pages et le suspens s’invite jusqu’à la dernière ligne. Il y a tout pour plaire: un savant bizarre, une invention incroyable, des voleurs anonymes et mystérieux.

La maison dorée nous fait retrouver notre âme d’enfant ou d’adolescent. Au choix. Pour notre plus grand plaisir. Nous nous surprenons à déchiffrer le message et à tourner les pages silencieusement pour ne pas être imprudents. Une lecture qui se fait tranquillement et nous ne posons le livre qu’une fois avoir terminé. Les personnages sont parfois atypiques, mais si plaisants. Tous ont en tête un mystère: celui de la maison dorée.

Note 17/20

9782889490226    5 sens Editions     128 p.    12,40€

Publicités
Publié dans #fantastique, fantasy, romans

La lente marche du cataclysme – A.J. Woodwind – 2019

Quatrième de couverture

Formée depuis l’enfance à courir parmi les branches des arbres géants, Wao est une Klélech chevronnée. Pourtant, rien ne l’avait préparée à ce qu’elle devait découvrir, seule au milieu de nulle part. Face à la nouveauté, elle devra s’adapter et prendre des décisions cruciales pour elle et la tribu. Cadalon, nation mineure du nord du continent, est devenue le centre des tensions internationales. Bavis zo Freyg s’y rend, mais son objectif n’a rien à voir avec sa soi-disant mission diplomatique. Muette, amnésique et perdue dans les méandres d’une ville tentaculaire où le soleil n’apparait jamais, l’inconnue tombée du ciel n’a qu’un mot la reliant à son passé: son propre nom. Trois époques, trois contrées et trois vies pour un seul cheminement à travers les méandres de l’identité où rien n’est jamais ce qu’il paraît.

Chronique

Un peuple en perpétuel exode face à une menace terrible. Une femme à la découverte de son environnement. Guerrière? Chasseresse? Eclaireuse?  Une femme face à l’inconnue, ou plutôt à une inconnue. Qui est cette dernière? Représente t-elle une menace pour elle? Pour la tribu? Pour son peuple? D’où vient-elle? Que veut-elle? Wao se doit de savoir. Pour se protéger. Pour protéger son peuple. Qui est cette inconnue qui traverse les mondes et les époques?

La lente marche du cataclysme nous emporte avec curiosité dans des mondes fantastiques. Des mondes  pour qui la préservation devient vitale. A quel prix? La survie d’une espèce au dépens d’une autre? Nous avançons d’abord avec une angoisse sourde. Que se passe t-il sur ces planètes? Le monde serait-il tombé sur la tête? ? Les trois parties semblent être trois histoires différentes. Cependant, elles se complètent face à cette menace ressentie.

La lente marche du cataclysme, à travers ses pages, ses chapitres, nous fait réfléchir à notre environnement. A notre monde. A une probable extinction de notre terre. Que se passerait-il? Sommes-nous préparés à cette éventualité? Une lecture feutrée et curieuse qui fait monter le suspens au fil des pages. Comment s’en sortiront ces peuples? Nous sommes pris d’affection pour ces derniers. Nous suivons leur évolution avec intérêt, avec une crainte et une avidité qui ne disent pas leur nom, face à la lente marche du cataclysme. Superbe.

Note 18/20

9781796780659   Auto édition    572 p.   17,77€


 

Publié dans #fantastique, fantasy, Saga

Kyan Rogh – T. 1 – L’artéfact insoupçonné -Charles Chehirlian – 2018

Quatrième de couverture

Dans la nuée des mondes, sur le monde d’Hashkaria, terre de mystères et de légendes, d’honneur et d’infamie, de fééries et d’atrocités où l’acier, la magie et le savoir cohabitent, où des royaumes s’entredéchirent depuis la nuit des temps, où d’autres prospèrent , où des hommes au destin glorieux en croisent d’autres au sombre passé et aux desseins funestes, le monde où le dieu Kyan Rogh, créateur de toutes choses, est vénéré. Ce qui aurait dû être oublié à jamais ressurgit par la seule volonté de l’inextinguible soif de pouvoir qu’est celle de l’homme, menaçant le fragile équilibre de tout ce qui est. Le Roi Elhmor l’usurpateur, Kerek Galdine, mage noir d’Idhelheim, sont de ceux qui convoitent le Manuscrit des Anciens, alors que Khaynes le Roi Sanglant se prépare à l’invasion et à la destruction de toute chose. Au milieu des complots, des guerres et des histoires qui façonnent ce monde, une poignée d’êtres, à la convergence improbable, à la force et aux intentions imprédictibles, se lancent dans une quête dont l’issue pourrait à jamais changer la face du monde…..

Chronique

Un royaume où les secrets sont loi. Un royaume où le roi est un usurpateur. Où Eminaelle, grande guerrière est prête à tout pour protéger sa noble amie. Quel rapport? me direz-vous. Un secret qui peut coûter des vies. Des vies qui se perdront par cupidité. C’est ainsi que cela se passe dans les royaumes fantastiques. Des vies pour un objet bien secret. Que représente t-il? Pourquoi tant de détermination à l’acquérir?

Nous assistons à des batailles rudes. Parfois des batailles-éclair menées par des hommes, des personnages fantastiques. Dans un monde quasi féérique où les royaumes convoitent le même objet. Des trahisons. Des alliances plus ou moins respectées. Des mésalliances. Le rythme est soutenu. Des rebondissements qui mettent en lumière l’âme de l’homme. Pas forcément le côté sympathique. Nous apprenons l’origine des onze royaumes. Une histoire magique. Magnifique. Digne des grandes salles de cinéma. Les descriptions sont détaillées et belles. La lecture est addictive tant les évènements sont nombreux et titillent notre curiosité. La magie des mots. La magie des lieux nous emportent dans ce monde fantastique et nous adorons.

Kyan Rogh – L’artéfact insoupçonné nous présente des mondes incroyables. Des mondes où la paix est chèrement acquise.  Des mondes où la paix et la guerre se vivent avec la même passion. Avec la même frénésie. C’est un roman fort. Beau. Un roman qui permet de chercher avec des personnages incroyables, entiers, forts, l’artefact insoupçonné.

Note 18/20

9791022784412   Autoédition    594 p.     26,30€

Publié dans #fantastique, policier, thriller

Manhattan Ghost -Philippe Ward & Michael Laguerre – 2014

Quatrième de couverture

Elle attendit que son cœur reprenne un rythme normal avant de se décider à gagner le bar. Elle allait être en retard maintenant.
– Bonjour Lisa
La jeune femme se retourna brusquement surprise d’être ainsi abordée dans ce quartier.
– Peter, mais que fais-tu ici ?
Elle s’arrêta soudain., consciente de l’incongruité de sa question. Peter était décédé trois ans plus tôt d’un cancer généralisé dû au surmenage, à l’alcool et surtout à l’abus de cigarettes. Et il se trouvait face à elle, vêtu du costume bleu que Lisa lui avait toujours connu. Ses épaules étaient plus voûtées. Son visage plus pâle que dans ses souvenirs. Il lui souriait.
– Tu es resplendissante comme toujours.
Lisa Kilpatrick, une pure new-yorkaise, travaille dans la police, mais sa véritable passion demeure la musique. Un soir par semaine, après son service, elle joue du piano et chante dans un club new-yorkais. Un jour, elle assiste au Manhattanedge. Un soir par an, le soleil couchant se retrouve juste au milieu de la 14th rue, dans un alignement parfait vers l’ouest. Et là, elle va basculer dans un autre monde. Celui des fantômes de Manhattan.

Chronique

Lisa a une vie somme toute normale. Elle est policière et adore la musique. Elle se sent presque à l’aise dans son quotidien tout en ne supportant ni la mort, ni les cadavres. Un comble pour un policier de la Criminelle. Elle arrive à trouver un équilibre entre les deux jusqu’au jour où…  elle passe dans la quatrième dimension. Elle est engagée par les Manhattan Ghosts.

Avec un brin d’humour et beaucoup de curiosité, nous suivons l’enquête de Lisa. Une enquête où évoluent  de nombreux fantômes très connus. Une enquête toute en subtilité dans le New York de l’autre monde. Une enquête faite de réflexion et de déduction. Pas de coups de feu, ni de course poursuite. Mais un grand esprit d’analyse dans un monde où tout est différent.

Manhattan Ghost  est un roman policier atypique avec des photos qui accompagnent le récit et ajoutent une atmosphère adéquate au déroulé de l’enquête. Avec Lisa, nous découvrons avec une incrédulité curieuse les différents habitants de cette quatrième dimension avec leur force et leur faiblesse. Nous tentons, toujours avec elle, de conclure cette enquête fantastique en compagnie des Manhattan Ghosts.

Note 16/20

9781612272986   Black Coat Press   Collection Rivière Blanche   10€

Publié dans #fantastique, BD, fantasy

De roche & de sève -Alena Sizlo & Shovel – 2019

Quatrième de couverture

  • Notre roi est toujours absent, et ses nains sont à nos portes désormais!
  • Mais, que veulent-ils? Nos soldats nous rapportent que si nous ne nous dressions pas en travers de leur chemin, ils ne nous combattraient même pas!
  • Mais, leur chemin vers quoi? Cette ruée dévastatrice au creux de nos terres est sans précédent!
  • Nul ne le sait. Mais depuis l’accession du roi Wirkkin sur leur trône, notre espace vital se réduit chaque jour davantage. Nous devons y mettre un terme!
  • Et qui en prendrait l’initiative sinon le roi, d’après vous?
  • Vous, princesse. Vous n’avez plus le choix…

Chronique

La lignée royale est presque éteinte au pays des elfes. Un des souverains manque à l’appel. Où peut-il bien se trouver? Est-il mort? A t-il été enlevé? Tant de questions auxquelles il faut trouver des réponses rapidement. Dans ce monde fantastique, les elfes et les nains ne font pas bon ménage. Qu’a t-il pu se passer pour qu’ils aboutissent à une telle situation?

De roche et de sève, on ne nait pas elfe noire est une saga fantastique en quatre tomes. Les luttes pour l’accès au trône font rage en l’absence des héritiers de sang. Les luttes sont belles et meurtrières. A la hauteur des ambitions des chacun. Les planches sont en couleurs. Couleurs sombres. Couleurs foncées. Couleurs profondes. Couleurs qui représentent les états d’âme de chacun. Cependant, au vu de certaines scènes, cette bande dessinée est pour des adolescents et des adultes.

Nous assistons à des scènes fortes. L’ambition, la trahison, les batailles sont les nerfs de cette aventure à la recherche de l’héritier légitime du trône. Les monstres, les dragons sont à la hauteur de leur renommée: terriblement violents et dangereux. Retrouveront-ils le prince héritier? Règnera t-il un jour? Il y aura d’autres épreuves pour y arriver. D’autres secrets à découvrir ou à taire. Des batailles à accomplir. L’avenir le dira.

Note 18/20

9782919069620   Editions des bulles dans l’océan   48 p.

Publié dans #fantastique, romans

Les pirates – Elias Mani Assadi – 2018

Quatrième de couverture

A une époque où il faisait bon être pirate, un capitaine fort, brave et téméraire, possédait un équipage de neuf hommes. Tous étaient différents, solides, authentiques. Et parmi eux se trouvait l’ami d’enfance et bras droit du commandant: Marco, un homme rusé et agile qui consolidait l’escouade. Ensemble, ils bravaient vents et marées. Jusqu’au jour où ils décidèrent d’aider un vieil homme dont la famille était prisonnière d’un tyran. Qui était ce despote? Que voulait-il à ces innocents?

Chronique

Un groupe d’hommes venant d’horizons différents. Des hommes ayant des histoires de vie diverses. Des hommes appartenant en partie à un monde fantastique. Des hommes sur un même bateau pour une destinée commune. En général, qui dit pirates, dit trésor. Quel est celui de cet équipage? Ont-ils vraiment trouvé un trésor? Une belle aventure en perspective pour ces compagnons pirates.

Les Pirates nous relate l’histoire d’une recherche. L’histoire d’une bataille. L’histoire d’une course poursuite. Avec des êtres fantastiques. C’est un récit d’un style assez particulier avec une impression de récit biblique. Une impression de lire La Genèse dans l’Ancien Testament (des répétitions de « ils firent ainsi »). Une impression de  lire une épopée biblique. Les mots sont très touchants. Des mots qui relatent une camaraderie contre vents et marées. Des mots qui racontent une confiance sans borne entre êtres qui se respectent, se tolèrent et qui restent soudés face aux tempêtes. Face aux batailles. Face à l’ennemi.

Nous découvrons des hommes d’une extrême générosité. Des hommes prêts à prendre les armes pour aider les exploités. Prêts à se battre contre l’injustice. Mais cette vie d’aventures durera t-elle toujours? Cette grande confiance en leur sort ne leur jouera t-elle pas des tours pendables? La lecture reste intrigante au vu du style de l’auteur. Un peu déroutante aussi. Nous accompagnons des pirates au cœur tendre. Des pirates épris de justice. Que leur réserve l’avenir? Ces batailles porteront – elles leur fruit? Contrairement aux pirates que nous connaissons d’habitude, ces derniers sont les Robin des Bois des mers et des océans. Des hommes de grand cœur dénommés « les pirates« .

Note 15/20

9782754739528   Edition du Panthéon   101 p.   16,90€

 

Publié dans #fantastique, fantasy, romans

Hazadef – le nouveau monde – Ana Kori -2019

Quatrième de couverture

Débarqués sur Jeilfen, un monde nouveau, Okriana, son frère et ses amis, découvrent un archipel cosmopolite animé par d’incessantes conquêtes territoriales. Les épreuves endurées précédemment par la jeune reine l’ont laissée perdue et effrayée à l’idée de perdre ceux qu’elle aime. Il faut la rencontre avec deux guerrières pour la rappeler à sa destinée. Les trois femmes, aussi différentes que complémentaires, s’engagent dans un combat sans merci, opposées à de puissants ennemis aux ramifications tentaculaires et dont la barbarie semble sans limites.

Loin d’une Hazadef envahie, le combat va s’intensifier, alimenté de trahisons, de souffrances et de peurs qui seront pansées par de profondes amitiés et des amours tourmentés. Prenez le chemin de Jeilfen, méfiez vous des démons, des limbes et des harpies.

Chronique

Qui n’a jamais rêvé de conquérir de nouvelles terres? Okriana veut le faire. Y parviendra t-elle avec ses amis? Le monde fantastique qui l’entoure le laissera t-elle s’établir en toute tranquillité? Ce n’est pas si sûr.

Hazadef – le nouveau monde nous entraine dans une aventure en compagnie d’êtres mystérieux (goules, vampires, êtres qui se transforment en animaux, etc.). nous traversons des terres aux lois aussi insolites les unes que les autres. Okriana et ses amis nous engagent dans des batailles d’une grande beauté. D’une belle horreur. Des batailles où le sang , les êtres, la terre se mêlent à la magie pour vaincre les âmes infernales. Pour vaincre les êtres sans âme et sans aucune aménité.

Les paysages, les mondes sont superbes. Superbement dangereux. Superbement démoniaques. C’est avec plaisir que nous poursuivons notre lecture jusqu’à la dernière ligne. Une lecture qui se fait d’une traite tant nous sommes emportés par l’histoire. Tant l’écriture est aisée et claire. Rien ne sera épargné à nos héros (trahisons, mensonges…). Nous faisons aussi de belles découvertes sur la nouvelle vie de nos héros. De surprenantes découvertes…

Avec Hazadef – Le nouveau monde, les conquêtes revêtent de nouvelles normes. De nouvelles contingences. De nouveaux visages toujours plus fantastiques. Comment finiront-elles? Okriana retrouvera t-elle son royaume? Ce qui est sûr c’est que nous l’accompagnons jusqu’au bout tant le suspens est grand.

Note 18/20

9791022793247   Autoédition    353 p.

 

 

Publié dans #fantastique, fantasy

Les Royaumes Démoniaques – T.1 – La roche des âges – Christopher Evrard – 2018

Quatrième de couverture

« Mes erreurs sont tout ce qu’il me reste » Ciwen

Les royaumes démoniaques vous proposent de suivre l’histoire d’un univers où l’horreur et la violence côtoient la féerie et la beauté. La magie et les combats forgent la réalité au jour le jour, tandis que les légendes et mythe résonnent dans l’inconscient collectif comme des promesses d’un jour meilleur, telle la mystique roche des âges que Ciwen, un mage de foudre, recherche désespérément.

Dans une existence où le macabre est un lot quotidien… Quel est le sens de la vie? Quelle signification donner à des concepts comme l’amour et la haine, ou la guerre et la paix? Comment les définir, et les dépasser? Tant d’éternelles énigmes qui se posent à chaque instant, depuis la nuit des temps. Les réponses apparaissent toujours dans le noir, telles des lucioles fuyantes…

Ma Chronique

Un homme, une arme à la main, ivre de colère. Un homme qui jure vengeance. A qui? Pourquoi? Un homme pas si anonyme que çà et dangereux. Cela n’augure rien de bon. Ciwen recherche la roche des âges. Il est prêt à tout pour l’avoir. Sans aucune pitié. Bienvenus dans un monde où la fée Carabosse et l’Ogre ne sont qu’une seule et même personne. Bienvenus dans les royaumes démoniaques. Vous y entrerez de plein pied, ivres de curiosité. Saturés de beaux paysages et de violences inouïes. Bienvenus dans un monde où le paradis et l’enfer ne font qu’un.

Ciwen nous intrigue dès le début. Nous le découvrons ainsi que cette aura orageuse qu’il porte en lui. Qui est cet homme, ce mage? Quelle est son histoire? Pourquoi un tel manque d’empathie envers les autres? Pourquoi tant de violence en lui? Une violence qui semble le dépasser parfois? Dès le début, Owen nous intrigue et cela se poursuivra durant toute la lecture au gré des rencontres.

Une lecture qui débute calmement, puis peu à peu, nous sommes emportés dans un monde pire que l’enfer de Dante. Les paysages sont superbes. Bizarres. Les personnages sont nombreux et fantastiques. Les pires côtoient les plus beaux: ondines, mages, fées… Des êtres qui titillent notre imagination. Les sublimes batailles sont sanglantes. Sulfureuses. Dures. Les images en noir et blanc alourdissent et dépeignent si bien cette atmosphère de violence et d’enfer. Une violence  qui nous installe dans les royaumes démoniaques.

Les royaumes démoniaques nous entrainent dans une quête. Aboutira t-elle? Pourquoi révèle-t-elle les plus bas instincts des hommes? Pourquoi ne se fait-elle pas sereinement? Owen est le noyau suprême de ce lieu où il passe d’une réalité à l’autre. Sa quête nous mènera à la rencontre de mondes où la force, l’aura, la magie permettent de survivre. Des mondes où les personnages luttent contre leurs propres démons. Des mondes où les âmes sont torturées. Des âmes qui ont du mal à se fondre dans les corps qu’ils occupent. Des âmes  qui sont le reflet de la vanité des personnages qu’ils habitent. Personnages qui vivent dans les royaumes démoniaques et qui se perdent dans une quête: celle de la roche des âges.

Note 18/20

9782960223521   Autoédition   391 p.

Publié dans #fantastique, anticipation, thriller

The prison experiment – Eric Costa – 2018

Quatrième de couverture

Zone 51, désert du Nevada. Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles. Son nom: « L’Oeuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle. Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon? Un commando  de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel. Leur mission: retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix. Elana, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Oeuvre. Elle ignore que son génie peut les sauver… ou les tuer. Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre?

Chronique

Une escouade qui se déplace en silence dans les profondeurs de la nuit. Qui sont-ils? Où vont-ils?  Pour quoi faire?  Dès les premiers mots, nous sommes happés  par l’aventure. Dès ce moment, le rythme reste soutenu. Angoissant. Qui sont ces hommes et ces femmes qui ont accepté de pénétrer dans l’inconnu? Quelles sont les raisons qui les ont poussés à accepter?

Dès le début, nous retenons notre souffle et vivons au rythme des évènements. Tout est mystère. Tout est déroutant. Personne ne sait ce qui attend ce détachement. Personne ne sait qui ils vont avoir en face d’eux. Hommes ou bêtes assoiffées de vengeance? Tout y est effroyable. Les attentes. Les batailles monstrueusement silencieuses. L’homme semble y avoir renié son humanité. Est-ce possible?

La lecture se fait addictive dès le début. Les pages se tournent avec avidité. Avec passion. Avec une curiosité qui pourrait sembler malsaine. Mais, ce n’est que de l’adrénaline. Le souffle est retenu par les intrigues. Par les luttes. Par les scènes apocalyptiques. Pourquoi continuer à progresser? Le jeu en vaut-il la chandelle? Reste-t-il une once d’humanité dans cette forteresse?

The prison experiment est une longue descente en enfer. Une descente que nous suivons avec un grand plaisir. Une curiosité sans nom. Chaque page, chaque chapitre est lu dans la même alégresse bizarre. Sans remords. Juste cette soif inextinguible de savoir. De comprendre.  De se perdre avec bonheur dans ces luttes. Dans ces terreurs. Dans ces cris. Dans ces vies plus ou moins fragiles. Juste cette soif de regarder l’âme de ces personnes. De l’interroger. Juste une question brûlante: « Qui sortira vivant de The prison experiment?

Note 18/20

9781790504299    Autoédition    662 p.

Publié dans policier, thriller

Le 9ème jour – Cyrille Audebert – 2012

Quatrième de couverture

Les prairies Saint-Martin et l’usine désaffectée qui bordent le Cimetière du Nord abritent-elles réellement un fantôme? Le nouveau collègue des détectives Jacques Lucas et David Huxley est-il un sorcier vaudou? Les saintes ont-elles vraiment le pouvoir de rendre la parole aux muets et de guérir tous les maux?

Pour l’avènement du printemps, Margot Baudor se pose beaucoup de questions, mais principalement celle-ci: « La météo, curieusement estivale de ce mois de mars, ne serait-elle pas responsable de la vague de meurtres abominables qui s’étend sur la ville?… »

Mon avis

Oh mazette! Comme d’habitude Cyrille Audebert nous transporte dans le moi négatif de l’humain. Son moi le plus noir et le plus dérangeant. Et ce, dès les premières pages. Des crimes. Des personnages bizarres. Déroutants. Aussi, les questions fusent dès les premiers mots. Que se passe t-il? Qui sont toutes ces personnes « bizarres »? Qu’ont-ils subi? Est-ce la quatrième dimension?

La lecture est fluide avec une impression d’entrer dans un monde fantastique. Enigmatique. Dérangeant dans le bon sens du terme. L’humour reste incisif. Croustillant. Contagieux. Le suspens est maintenu jusqu’au bout. C’est avec plaisir que l’on retrouve Jacques Lucas et David Huxley ainsi que leurs petits travers familiers. Rassurants. Avec eux, nous partons à la recherche de ce ou de ces meurtriers mystérieux. Bizarres.

Les mots nous emportent, chapitre après chapitre, dans un monde hétéroclite. Un monde où rien ne semble être ce qu’il parait. Un monde où l’esprit cartésien est abandonné à, l’entrée. Un monde où il faut garder l’esprit ouvert. Très ouvert. Ce qui rend la lecture encore plus plaisante.

Le 9ème jour est un roman policier qui nous exalte par sa fin surprenante. Un roman de tendresse malgré la dureté de certaines situations. Un roman plein d’humanité. Un roman où les personnages quels qu’ils soient nous paraissent familiers, attachants tant la description est précise. Un régal qui rend addictif et fait espérer une série sans fin  comme pour les écrivains de polar d’outre-manche. Un très beau roman.

18/20

9782954267043  Editions Sindbadboy   303 p.  18€