L’île parle – Gilbert Gratiant – 2017

Quatrième de couverture

Poète et intellectuel, Gilbert Gratiant (1895-1985) a mené de front la conception de deux oeuvres, l’une en créole, l’autre en Français. Connu pour ses poèmes, il a conféré au créole le statut de langue écrite à vocation littéraire.

Chronique

Une île: la Martinique.  Terre du poète. Terre chantée par le poète. En français. En créole. Il dit les mots. Les mots de son histoire. Il dit les mots de l’histoire de sa terre natale. L’histoire de ses compatriotes. L’histoire de sa famille. L’île parle est un recueil poétique d’une grande beauté. D’une grande richesse. C’est un recueil qui chante une île où « l’opulente nature est si riche et si gaie ». Une île « qui mélange les sangs et confond les climats« . C’est dire la force de caractère de cette ile.

Que ce soit en alexandrins, en quatrains, en rimes croisées ou embrassées, Gilbert Gratiant nous parle de son âme, de ses racines,  des femmes de son île. Des femmes telles que « Marie Coolie » au « regard crépusculaire« , ou « Clémentine la Chabine, bavarde autant que la cascade« . Il évoque une île où la danse est « parée de nostalgie« .

A la fin du recueil, il y a une partie constituée de poèmes bilingues français/créole.  En effet, dès les années 30, Gilbert Gratiant a été le premier à considérer le créole comme une langue pouvant s’écrire. Ces poèmes sont retranscrits comme des narrations de la vie quotidienne. Comme des contes soufflés à une oreille dans le secret de la nuit. A l’abri des oreilles indiscrètes, l’auteur nous susurre des secrets. Il nous peint des scènes de famille telle la prise d’une photo où doit figurer « un coin de mer« . Sans bouger. Les yeux clos, nous écoutons car… l’île parle.

Note 19/20

9782357202962  HC Editions 560 p. 24,50€

Publicités

Fillette Lalo – Gerry L’Etang et Dominique Batraville – 2018

Quatrième de couverture

Dans une autre circonstance, un autre pays, un président-à-vie entreprit une traversée de l’horreur. Il s’appuya dans cette aventure sur une milice dont les membres reçurent le titre officiel de « volontaires de la sécurité nationale ». La malice populaire préféra les nommer « tontons macoutes » pour les hommes, « fillettes Lalo » pour les femmes, s’inspirant là d’un croquemitaine et d’une ogresse, figures imaginaires du lieu. Une femme se hissa à la tête de ces paramilitaires, devint LA Fillette Lalo. Plus d’un demi-siècle après le début de son oeuvre, sa légende, d’extravagance et d’effroi, est ici restituée

Mon Avis

Un peuple qui se révolte. Comme partout dans le monde. Sur une île Antillaise, les légendent courent les rues. Les chants moqueurs et satyriques aussi. Surtout ceux qui concernent Fillette Lalo qui a disparu de mille et une manières différentes. Qui est-elle? Mythe ou réalité? Que se passe t-il? Qu’est-ce qui a mené à cette révolte populaire? Quel est le lien avec fillette Lalo? Fillette Lalo nous fait découvrir des personnages hauts en couleurs. Des personnages aux noms d’une grande douceur. D’une douceur aussi grande que la férocité de la personne qui le porte. Leur vie. Leur sort nous sont racontés dans le détail. Nous suivons un peuple qui est arrivé au bout de la peur. Au bout de la douleur. Au bout de la terreur. Au bout de la violence. Une violence aveugle. Gratuite. Partiale.

Au fil des pages, nous faisons face à la grandiloquence d’un tyran. D’un autocrate nommé « Président à vie ». D’un « vampire du peuple ». Nous découvrons un pouvoir autoritaire qui se complait dans ses exactions. Comment vivent ces hommes et ces femmes qui détiennent le pouvoir? Ont-ils des limites à leur débauche? Ont-ils des imites à leurs violences? Peu à peu se dessine l’innommable. Les luttes souterraines. Les trahisons. Le ton est caustique. L’humour aussi.

A travers les actes, l’histoire de fillette Lalo est le destin d’une île saturée d’horreur. Qui se dessine. Ainsi que la force et la résilience d’un peuple qui se dresse face à son dictateur et à ses sbires. Un peuple qui tire sa force de cette violence pour se construire, pour avancer dans la vie. Pour regarder, de loin, la chute de ces « grands », voire de l’orchestrer. Mine de rien. Fillette Lalo est un hommage à un peuple jamais nommé, mais connu du monde entier. Ce peuple qui possède dans les gènes, dans son histoire, une part de l’ADN de cette légende: Fillette Lalo.

Ma note 18/20

9782357204171     Hervé Chopin Editions    80 p.     12,50€