Les chroniques de l’Uchronomicon – Le cycle de Saclyd – Premières intrusions – Philippe Morineau – 2017

Quatrième de couverture

L’histoire nous apparait comme un fleuve s’écoulant inlassablement sans que nous puissions le détourner ou le ralentir. Il existe cependant des êtres pour qui le fleuve s’est transformé en un océan qu’ils nomment l’Uchronomicon. Ils l’explorent sans relâche tout en se combattant. L’un d’eux, Saclyd, grâce aux connaissances millénaires héritées de ses ancêtres, manipule les variables de l’équation originelle qui lui permettent de contrôler le destin de plusieurs mondes plus ou moins semblables à la Terre que nous connaissons. A l’abri de sa forteresse sous-marine, protégé par des créatures terrifiantes et perverses qu’il a lui-même créées grâce au génie génétique. Il lutte depuis peu contre une menace grandissante qu’il ne peut encore circonscrire. Mais si sa vie  a déjà été mise en danger à plusieurs reprises, c’est la toute première fois qu’il n’est plus le seul à sauver.

Mon avis

Imaginez-vous à bord d’un vaisseau spatial. Amnésique, avec de grandes connaissances. Ou dans un autre pays. A une autre époque. Des vies parallèles. Qui semblent se compléter. Des énigmes nouent ces vies. Que se passe t-il? Qui est à l’origine de ces faits qui traversent des destinées, des mondes?

Des histoires d’hommes qui se suivent, ne se ressemblent pas mais s’imbriquent les unes aux autres. Les chapitres sont courts, titrés et nous entrainent dans des mondes différents qui sont le début ou la fin du chapitre précédent ou du suivant. Un début. Une suite. Des histoires. Une histoire. Un point commun: Saclyd. Les monstres. Les horreurs. Les guerres. Saclyd trouvera t-il un adversaire à sa hauteur? Pourquoi une telle manipulation des êtres et de leur destin? Que cache t-il? A t-il une âme? Est-il capable de compassion?

Au fil des pages, des personnages défilent. Avec leur vie. Mais, est-ce bien la leur? Une impression, une question  taraude le lecteur. Et si ces personnages nous représentaient? Et si Saclyd était cette force supérieure qui semble gérer notre monde? Les chroniques de l’Uchronomicon – Le cycle de Saclyd est peut-être l’explication de ces vies terrestres. De ces pions que nous sommes.

Philippe Morineau par le biais des éditions complicité   nous offre un roman épique. Un roman qui interroge sur l’humanité et son mode de fonctionnement. Un très beau roman de suspens qui se laisse agréablement lire. Qui régale le lecteur. Miam!

Ma note 18/20

9782351200919  Ed. Complicités – Hors Collection   196 p.   16€

Publicités

Maldonnes – Virginie Vanos – 2018

Quatrième de couverture

Le paisible quotidien de Boris et sa sœur Mélanie est bouleversé par la venue d’une cliente pas comme les autres dans leur épicerie. Mannequin de haut couturier, Elisabeth Mayne, les éblouit tous deux par sa grâce et sa sympathie. Les deux femmes se lient d’amitié , tandis que l’amour naît progressivement dans le cœur de Boris. Mais derrière sa beauté de façade, la célébrité se révèle une arriviste égocentrique venue semer le trouble. Les apparences sont trompeuses et le jeu de dupes qui s’instaure entre les personnages mène bientôt à un drame inéluctable. A travers le destin tragique de cette idole sacrifiée au culte du paraître, Virginie Vanos entend dénoncer les dangereux travers de la société contemporaine.

 

Mon avis

Tout commence par une belle nostalgie. De celle qui nous arrive à tous et qui nous renvoie à nos propres souvenirs. Une rencontre somme toute banale. Etrangement banale. Puis, vient la curiosité. Le désir de connaître. De savoir. De rencontrer. Humainement. Sans fards. Deux mondes qui se heurtent et fusionnent. Des hasards de lamaldonnes vie.

C’est avec une grande curiosité que j’ai commencé ma lecture. Trop curieuse de ces histoires. Si différentes. Faites de rêves avortés plus ou moins digérés. Acceptés. Des vies si différentes et pourtant si semblables. Une belle histoire. Ce que j’ai aimé, c’est la manière dont chacun raconte son histoire. Sa vie. Ce regard porté sur l’autre. Bizarrement, j’ai adoré Elisabeth et sa grande fragilité. Elisabeth et saMaldonnes chro force apparente. L’image qu’elle véhicule de son moi intérieur. Son égocentrisme apparent. Je me suis attachée à elle. Avec beaucoup de tendresse.

La lecture se fait facilement. Les chapitres sont courts. Pleins d’humour. De sensibilité. ils dépeignent en parallèle la vie de chacun des personnages. Des personnages auxquels on s’identifie facilement. Dans cette histoire, qui a manipulé l’autre et s’est fait des illusions? Attention au retour à la vraie vie. La lecture reste très agréable et les personnages sont quelque peu énigmatiques. Chacun à sa manière. Je reste dans l’expectative quant à leurs actions. Quels sont les liens qui tissent une amitié? Quelles en sont les attentes?

Maldonnes est un livre qui se lit d’une traite. Un livre sur l’illusion humaine. Même après l’avoir terminé, j’ai continué à penser aux personnages si attachants. Aux quiproquos qui peuvent blesser, briser une vie, altérer une image que l’on peut avoir de l’autre. Une réflexion sur la nature humaine.

Un livre qui fait passer de bons moments. Léger. Facile à lire.

Ma note 15/20

ISBN 9782414182190  Ed. Edilivre  146 p.   Broché 13,50€