Publié dans policier, romans, thriller

Le déshonneur des Montergnac – Isabelle Buffet – 2018

Quatrième de couverture

En décembre 2008, sur une île au large de Brest, Edouard Montergnac, un riche et vieil homme d’affaires réunit sa famille et quelques amis dans le manoir familial. Charlotte Valentin, une amie de Suzie, la fille aînée d’Edouard, fait partie des invités. Elle découvre une famille désunie, uniquement guidée par la cupidité. Les héritiers du vieil homme craignent en effet qu’Edouard ne supprime l’important soutien financier qu’il leur octroie généreusement depuis de nombreuses années. La présence parmi eux de Geneviève, la première épouse d’Edouard que tous croyaient morte depuis très longtemps, surprend et inquiète les invités. Geneviève avait disparu après leur divorce, le couple qu’elle formait avec Edouard n’ayant pas surmonté la mort effroyable de leur fils unique. Pourquoi cette femme réapparaît-elle aujourd’hui, et pourquoi revient-elle sur cette île après les drames qu’elle y a vécus? Au cours du dîner, Edouard va révéler, avec un plaisir sadique, la raison pour laquelle il a décidé de tous les réunir, provoquant alors la colère et le désarroi de sa famille. Tandis que souffle une violente tempête, qui empêche quiconque de rejoindre ou de quitter l’île, un des occupants du manoir est retrouvé mort au petit matin, assassiné. C’est dans un huis clos oppressant que Charlotte, ancien officier de gendarmerie, va mener sa propre enquête en attendant l’arrivée de la police. Pour comprendre les raisons qui ont conduit à ce crime, elle devra plonger au cœur du sombre passé des Montergnac, faisant ressurgir d’effroyables secrets familiaux.

Mon Avis

En général, quand une famille se réunit, il y a de la joie, des discussions, des souvenirs communs, des rires, des petites disputes qui se résorbent rapidement. Pas chez les habitants du Manoir qui son sous le joug d’Edouard, le patriarche. Tous présents sous un ciel de tempête. Répondant à l’ordre du chef de la famille Montergnac. Un seul lien entre eux: Edouard, ce vieux patriarche. Pourquoi sont-ils tous là? Que leur veut ce vieillard? Puis vient l’annonce. Le meurtre. Qui en est l’auteur? Pourquoi?

Le déshonneur des Montergnac nous englobe dans un  huis clos. Un huis clos fait de secrets. De méchanceté. De haine refoulée. De souvenirs pas très glorieux. Qui est vraiment cet assassin? Quelle est son histoire? Qu’est ce qui a bien pu le pousser à bout? Le faire passer à l’acte? Le suspens s’installe. La vie détaillée de chacun en fait un probable assassin et contribue à semer le doute. La lecture se fait sans difficulté avec une impression de lire un roman d’Agatha Christie.

Le déshonneur des Montergnac nous emmène dans un monde feutré. Froid. Calculateur. Un monde où tout se fait discrètement. Même les crimes. Un monde où le sens de l’honneur est si discret qu’il est presque inexistant. Un monde où l’argent côtoie la misère affective. Les pages se tournent avec curiosité et la froideur du Manoir et de ses habitants finit par nous atteindre tant la description est bien faite. Si bien que nous ne ressentons aucune compassion pour eux.

Au fil des pages se dessine une saga familiale. Pas que pour le meilleur. Chacun avec des idées bien précises sur sa vie routinière. Chacun avec ses secrets. Chacun couvant sa haine envers les autres, avec la peur que ses secrets soient découverts. Et quels secrets!!!. Cependant, lequel est à l’origine du déshonneur des Montergnac et a poussé au crime? Une histoire prenante qui ne nous lâche qu’avec le mot « fin ».

Ma note 17/20

9781980962922  Autoédition  299 p.

 

Publicités
Publié dans fiction, thriller

Le sceau des Maîtres – 1 – Le manoir -Etherian Lore – 2018

Quatrième de couverture

Lorsque leur fête d’amis est interrompue par un drame, ils se dispersent tous dans les bois. Pourchassés par des bêtes, Isabelle est séparée de son copain  dans leur course. Maintenant, seule face à ce manoir étrange, elle devra tenter de retrouver ses amis et de rester en vie. Les découvertes qu’elle fera seront aussi inquiétantes… qu’intrigantes. Tout en cherchant le moyen de s’échapper de cet endroit labyrinthique, elle comprendra  pour quelle raison le manoir est caché au fond des bois. Ce qui existe en ces lieux n’aurait pas dû être découvert. Un document trouvé lui donnera des indices et l’un de ses amis la conduira à une ressource qui pourrait leur révéler les mystères du manoir.

Mon avis

Le titre m’a beaucoup intriguée. Le scénario imaginé était presque celui du livre. Bref, j’imaginais bien un manoir au fond de la forêt. Mais, pas la suite.  Et quelle suite! Un manoir qui retient les personnes! Ce sentiment affolant qu’est la peur, qui envahit tout être humain qui se rend compte d’un piège qui se referme sur lui. Dans un monde sans origine. Un monde inconnu et hostile. D’une hostilité froide. Inerte. Sans nom. Juste une impression qui s’exacerbe tout au long des pages. Une terreur pire que celle ressentie en pleine forêt ou dans un labyrinthe.

Le sceau des maître – 1 – Le manoir est un roman qui fait apprécier la liberté. De cette appréciation éprouvée  pour une chose perdue  et fortement regrettée. Tel est ce que ressent Isabelle. Le récit  est à la première personne. Ce qui permet au lecteur de s’identifier au personnage et de vivre l’aventure à son rythme.

Les découvertes se font, plus intrigantes les unes que les autres. Des questions se posent et pour nombre d’entre elles, restent sans réponse. Tout comme les solutions qui sont quasi inexistantes. Et, ce n’est pas faute pour Isabelle d’essayer de comprendre la situation afin de prendre une décision. Que se passe t-il? Quelle loi a été transgressée? Dans quel but garder les gens? Qui est à l’origine de cette blague douteuse? Comment s’évader? Des questions qui taraudent Isabelle et gardent intact son désir de s’échapper.

Lentement, le lecteur se trouve engagé dans une chasse à la liberté vitale. Il traverse des vagues d’espoir, de doute, d’euphorie et de déception. Dans le sceau des maîtres – 1 – Le Manoir, la vie, quelle qu’elle soit, est d’une grande présence. Juste une soif de vivre. Plus forte. Plus intense que celle du manoir et de ses habitants.

Ma note 17/20

978175209973   Ed. Solarianne      165 p.