Pourquoi les baleines chantent-elles? – Françoise Kérisel – 2006

Quatrième de couverture

« Les chefs des animaux et ses sujets avaient des pirogues légères, qui ne pouvaient résister aux courants et aux cyclones. Seule l’énorme baleine possédait une barque immense, une arche solide, dans laquelle il y aurait de la place pour tout le monde. Au nom des siens, le chef lui parla.
– Baleine mon amie, entends notre requête. Ici, c’est la misère, et là-bas, une bonne terre nous attend. Il nous faut partir au plus vite. Seule ta superbe embarcation pourrait nous y transporter en un seul voyage, contre vents et marées. Prête-la nous, nous t’en prions.
-Non, dit-elle, je ne la prêterai jamais à des animaux des terres.
Et avec mépris elle cracha haut son écume. Il fallait donc s’emparer de son arche par la ruse ! »

Chronique

Des contes océaniens. Des contes qui solutionnent les mystères de la vie. A leur manière. Comment faire quand on est dépositaire de la mémoire d’un peuple et que ce dernier pose des questions existentielles? Comment aller à la découverte du monde en apprenant les mystères et en écoutant? Ainsi qu’ils le disent en Australie, « fermez la bouche, que vos oreilles entendent. » C’est si joliment dit.

Les contes sont courts et proviennent de toute l’Océanie. Chacun a sa formule pour débuter un conte. Les croquis qui respectent les codes de ce continent sont en noir et blanc et sont superbes. Ils décorent chaque conte que le lecteur prendra plaisir à découvrir. Ces contes expliquent les coutumes, les cultures de cette partie du monde. Savez-vous comment sont nés les cygnes noirs? Savez-vous comment les hommes ont connu le feu et la nuit? Des questions qui, j’en suis sûre, vous empêchent de dormir. Alors, vous trouverez une réponse belle, exotique et si simple que vous aurez du mal à l’imaginer.

Pourquoi les baleines chantent-elles? est une ode à la nature. Une invitation à la respecter. A l’écouter. A l’entendre pour mieux la comprendre. Françoise Kérisel nous fait voyager à travers les mots. A travers les paysages. A travers les récits. Elle nous fait voyager d’île en île pour répondre à une question bien simple: Pourquoi les baleines chantent-elles?

Note 18/20

9782296002234   Editions l’Harmattan   Collection La légende des mondes   74 p.   10,50€

 

 

Publicités

Matins d’altitude – Claire Chastan – 2013

Quatrième de couverture

Clara n’a pas de mots pour décrire le ciel changeant et habité qui fait défiler sur nos têtes son train de créatures voyageuses… C’est pourtant ce que révèle Claire Chastan dans ces matins d’altitude que l’on avale d’un trait comme une bouffée d’oxygène arrachée aux cimes de la montagne au terme d’une lente montée.[…]

Chronique

Pour certains, la vie est faite de passion. Et la passion ne s’explique pas. Pour Clara, la vie, sa passion c’est la montagne. Plutôt SA montagne, la Lance. Là où elle vit ses habitudes et ses plaisirs. Une sensation intime d’isolement. Un sentiment de redécouvrir à chaque fois son domaine. Un domaine inconnu des autres. Un domaine où elle reconnait chaque brin d’herbe, chaque sentier.

Au fil de ses sorties, Clara fait des découvertes sur cette nature qu’elle aime tant. Elle se remémore les légendes qui illustrent cette terre sauvage où seuls les animaux ont leur place. Matins d’altitude est une aventure où nous nous faisons discrets pour ne pas troubler la quiétude des lieux. Pour ne pas déranger une passionnée de la montagne. Pour pouvoir flâner en compagnie d’un guide solitaire.

Matins d’altitude est un pèlerinage sur une terre d’amour. Une terre de regrets. Une terre où le bonheur côtoie le malheur. Une terre faite d’immensité. D’ingratitude humaine. D’exploits inénarrables. Une terre de toute beauté comme cela existe tous les matins en altitude.

Note 17/20

9782919270040   Editions Les Trois Platanes   122 p.   15€

Extérieur Jungle – Vanessa Fucks – 2019

Quatrième de couverture

Ce qu’il avait voulu, c’était quoi? Etre un artiste, être aimé, se voir, qu’on le voit? Mais qu’on le voit tel qu’il était ou tel qu’il voulait être? Oui, il voulait son nom en gros sur les affiches, et cette femme si belle, si talentueuse à son bras. Il avait voulu tout cela si fort et pourtant tout avait disparu. Mais, n’était-ce pas justement cela l’essence de l’Art? Tristan est un acteur, du moins il le croit. Il croit que le vide qui l’habite peut s’emplir de la vision d’un autre et rayonner au-delà de sa propre existence. Et tant pis si  cette vision ressemble plus à un gouffre sans fond qu’à une aura. Qu’a t-il à perdre à présent, à part le peu de lui-même qu’il lui reste?

Chronique

Qui n’a pas connu une rupture douloureuse? Celle qui vous arrache le cœur, vous démolit l’âme et vous laisse hagard de douleur? Tristan traverse ce moment avec pénibilité et une bonne dose de plaisir à l’autodestruction. Cependant, il doit s’efforcer à reprendre sa vie en main s’il ne veut pas que sa vie professionnelle se termine dans le même état que sa vie privée.

Nous suivons le parcours d’un homme qui se noie dans sa douleur. D’un homme pris d’une douce folie destructrice et qui ne semble pas pouvoir remonter la pente. En a-t-il seulement envie? Peut-être qu’un voyage, un film à l’étranger, en compagnie d’un metteur en scène talentueux et complètement fou…

Extérieur jungle. Un euphémisme. Une folie des hommes. Une fin de non recevoir d’un artiste au bout de lui-même. D’un acteur  pris dans les rêtres d’un savant fou avec un clap pour arme. Mais pas que. Devrait-il aller au bout de la folie pour retrouver le goût de vivre? Aller au bout de la douleur pour se sentir renaître? Aura t-il ce sursaut de survie qui l’empêchera de plonger au fond de la détresse, du désespoir? Devra t-il subir l’extrême folie de l’humain pour enfin assainir sa douleur? L’existence est-elle en fonction de la reconnaissance mondiale? Ce qui est sûr c’est que le début sera la fin et peut-être que la fin sera renaissance.

Note 18/20

9782379120039   Editions Et le bruit de ses talons    149 p.   15€

 

Loin des fauves – Philippe Saimbert – 2018

Quatrième de couverture

Une passion amoureuse, une motte castrale hantée et un lourd secret de famille servent de toile de fond à cette histoire. Suite à un accident de moto, Jean est soigné par Lorina, une guérisseuse qui habite en compagnie de son père dans un petit village du Béarn. Une belle relation  va naître entre ces deux êtres aux vies tourmentées. Tous deux sont passionnés. Elle de nature et lui, de création musicale. Lorina s’investit dans sa vocation  et la protection de l’environnement. Mais Jean se rend bien vite compte que la propriété et ses occupants cachent de nombreux mystères… De son côté, Lorina va devoir se battre contre un élevage industriel. Un combat qui scellera son destin et celui de Jean.

Mon Avis

Que faire quand les souvenirs vous tenaillent? Que faire quand tout un pan de votre passé ressurgit des années plus tard? Fuir ou faire face? Se taire ou raconter? Un récit à la première personne qui nous rend témoins de cette histoire. Le hasard de la vie. Une rencontre et la vie bascule. A jamais. Une histoire toute en délicatesse. Toute en beauté. Toute en pudeur. Des personnages forts. Aussi bien dans la tendresse que la méchanceté. Des personnages d’une grande timidité. D’une grande tendresse. D’une grande candeur. Des personnages d’une haine débordante. D’une misérable haine capable de bouleverser les vies environnantes.

Loin des fauves  est l’histoire d’êtres humains. D’un humain. Un homme qui révèle des sentiments. Des vies. Un homme qui se révèle aux autres. A lui-même. Un homme qui retrouve une raison de vivre. Un homme qui retrouve sa vie. Qui retrouve une sensation de vivre. Un homme qui se retrouve. Tout simplement.

Les pages et les chapitres défilent doucement. Fortement. Rapidement. Ils recèlent une force tendre. Douce. Chaque mot est une référence à la vie. Une référence aux gens de la campagne. Aux gens de la nature. Avec des secrets. Comme tout le monde. Nous nous laissons emporter par le récit. Nous ressentons les mêmes émotions que les personnages. Un voyage dans le temps. Un voyage dans l’espace. Un voyage au bout de soi. Un voyage épique. Romantique. Rustique. Juste une grande escapade dans un monde terriblement humain. Un monde qui sent si bon la vie.

18/20

9791091097314  Autoédition  231 p.  9,99€

Un pays celtique – T.1 – Le grand hiver Delenn Harper – 2018

Quatrième de couverture

Et si les Celtes n’avaient pas perdu contre les Romains? Toute notre histoire moderne en aurait été changée. Et aujourd’hui il y aurait certainement une autre Europe… C’est dans cette Europe que Lania, étudiante, va voyager pour se rendre à Britonnia. Une nation celtique qui vit en toute indépendance dans une Union Européenne actuelle…

Mon avis

Britania, un pays celtique hors de l’Europe. Lania va le découvrir ainsi que les règles qui régissent ce pays. C’est une plongée dépaysante au cœur du monde celtique et de ses traditions. Le dépaysement est total.  Passer du vingt et unième siècle au pays celte, fait de calme, de liens avec la nature. un rêve!

Il n’est pas toujours facile de se retrouver dans tous ces dogmes celtes qui régissent la vie sur Britania. De comprendre les liens avec les saisons, avec le calendrier.  Ce qui n’empêche pas de suivre l’histoire sans problème. Peu à peu, nous plongeons dans un monde de femmes. Ce qui change des pays qui entourent Britania. Ces femmes y sont souveraines et sont les héritières de Dame Nature. Lania passe d’un monde à l’autre avec de plus en plus de difficulté. A sa place, lequel aurions-nous choisi? Lequel aimera -t-elle? Saura t-elle s’adapter?

Le pays celtique T.1 Le grand hiver est un roman tant soi peu déroutant. La lecture se fait facilement. Le vocabulaire change dans chaque monde et est, ainsi, adapté. C’est un grand saut dans un monde qui fait de la nature l’élément essentiel de la vie. Le temps y est lent, vivant, contrairement à l’Europe. Un monde qui a su garder son authenticité et en jouir. Au fur et à mesure de l’histoire, le lecteur est pris dans ce monde inconnu qui est une découverte. Ce monde inconnu qui prône la liberté d’exister. De ressentir. La Terre. La nature. Les astres. Le Monde en toute sincérité. En toute simplicité.

Ma note 16/20

9781720171355    Autoédité   138 p.

 

 

La noirceur des étoiles – livre 1 – Les yeux noirs – Jessica Naide – 2018

Quatrième de couverture

L’univers est vaste, la Nature n’y a plus sa place, et la Deuxième Ethnie n’y voit que source de profit et de conquêtes. N’étant plus le bienvenu dans la plupart des galaxies, le capitaine Iwata Kazuya arpente l’univers en compagnie de son équipage à bord de son vaisseau le Sekai. Jusqu’au jour où son voyage lui fait croiser la route d’un vaisseau en perdition et qu’il sauve d’une mort certaine un jeune homme à la mémoire évanouie.

Le passé à ses trousses, et confronté à lui-même, Kazuya peut-il faire confiance à cet homme qui ignore d’où il vient et ce dont il est capable? Des souvenirs douloureux aux visions prophétiques, Kazuya tentera à ses côtés de répondre à la question qui le hante depuis toujours: dans un univers où la Nature n’est plus qu’une légende, pourquoi celle-ci continue-t-elle de l’appeler sans relâche?

Mon avis

C’est le titre qui m’a interpelée. Quel rapport entre des yeux et des étoiles noirs? La réponse apparait dès les premières pages. Un vaisseau dans ce monde d’étoiles. Un jeune homme aux yeux noirs seul dans un vaisseau abandonné. C’est juste le début de l’histoire. On entre de plein pied dans une scène ubuesque. Très drôle. Une scène où deux personnes se rencontrent. Se découvrent. Se mesurent du regard. Doutes. Confiance ou pas? Peu à peu Kazuya apprend à connaître son nouvel invité Sotcha. Qui est cet homme? D’où vient-il? Où a t-il appris tout ce qu’il sait?

Au fur et à mesure de la lecture, les personnages se livrent au lecteur. Les batailles se suivent et ne se ressemblent pas. On découvre un monde qui n’a rien à envier aux mille et une nuits. Un monde séparé en Ethnies. Un monde où l’amour est un apprentissage. Une manière de baisser sa garde face à l’autre. Un amour qui accepte d’offrir sa confiance. Son corps. Son cœur. Mais, est-ce raisonnable? Dans ce monde spécifique, cet amour est-il réel? Est-ce l’antichambre de la trahison?

La noirceur des étoiles – livre 1 – les yeux noirs est un roman envoûtant. Qui vous traverse. Qui vous renverse et vous entraine dans le sillage des personnages. Dans le sillage de leur force. De leur faiblesse. Un roman qui fait remonter des émotions très fortes. Vous rencontrez des personnages d’une force, d’une fragilité au-delà des mots. Des personnages pour qui la nature est un rêve. Peut-être une réalité. Une probable possibilité. Des personnages qui cherchent à la trouver.  A communiquer avec elle. A être la nature. Est-ce un rêve qui se réalisera? Kazuya la rencontrera t-elle enfin?

La noirceur des étoiles – livre 1 – les yeux noirs est un roman qui se lit d’une traite. Les pages, les chapitres défilent dans ce monde de chaos où l’homme retrouve son âme. Ses désirs. L’amour. Le tout dans une extrême douceur malgré la violence environnante. Un superbe roman.

Ma note 18/20

9782956385318  381 p. 18€ broché

Une plume sur l’épaule – Viviane – Illustrations Lea Moulin – 2018

Quatrième de couverture

De retour d’un voyage, Charles offre à sa fille un livre fabuleux. En le feuilletant au creux d’un chêne centenaire, Mylène s’évade dans un monde magique et se lie d’amitié avec des rapaces. Un voyage initiatique durant lequel elle va découvrir le secret du peuple Sioux, sa sagesse et son harmonie avec la nature

Mon avis

Mylène est une petite fille comme les autres. Elle a un petit frère qu’elle supporte juste un petit peu. Des parents très pris par leur emploi respectif. Heureusement qu’elle a une passion: la lecture qui l’aide à s’évader. A rêver.

Une plume sur l’épaule emporte les enfants dans un beau rêve. Oui, quel est l’enfant qui n’a jamais voulu partir au loin? A la rencontre de nouveaux êtres? Sauver le Monde?  Les Mondes? Mylène a pu vivre cela grâce à son ami Tekao. Elle découvre un univers qu’elle n’aurait jamais imaginé. Un univers où la nature est reine. Où la nature est respectée. Les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain. Dans notre monde actuelle, la nature est torturée. En constante révolte. Une plume sur l’épaule apprend aux futurs adultes à la respecter.

Une plume sur l’épaule est un très beau livre. La couverture est épaisse et l’illustration superbe. Les chapitres sont courts et introduits par un chêne. Un beau livre pour les enfants à partir de 8 ans. Je pense qu’il peut être mis entre les mains de tous les enfants. Ce qui augure, pour les tous petits, de beaux moments de complicité avec leurs parents. Et pour les grands. Pourquoi ne pas retrouver avec plaisir son âme d’enfant? Pour moi, ce fut le cas. Cerise sur le gâteau, à la fin du roman, il y a des images, des textes qui prolongent l’évasion du lecteur. Les enfants apprécieront…. Les adultes aussi….

Ma note 18/20

9782378734169  Ed. Ex Aequo  Coll. Saute-mouton 69 p.  8€