Loin des fauves – Philippe Saimbert – 2018

Quatrième de couverture

Une passion amoureuse, une motte castrale hantée et un lourd secret de famille servent de toile de fond à cette histoire. Suite à un accident de moto, Jean est soigné par Lorina, une guérisseuse qui habite en compagnie de son père dans un petit village du Béarn. Une belle relation  va naître entre ces deux êtres aux vies tourmentées. Tous deux sont passionnés. Elle de nature et lui, de création musicale. Lorina s’investit dans sa vocation  et la protection de l’environnement. Mais Jean se rend bien vite compte que la propriété et ses occupants cachent de nombreux mystères… De son côté, Lorina va devoir se battre contre un élevage industriel. Un combat qui scellera son destin et celui de Jean.

Mon Avis

Que faire quand les souvenirs vous tenaillent? Que faire quand tout un pan de votre passé ressurgit des années plus tard? Fuir ou faire face? Se taire ou raconter? Un récit à la première personne qui nous rend témoins de cette histoire. Le hasard de la vie. Une rencontre et la vie bascule. A jamais. Une histoire toute en délicatesse. Toute en beauté. Toute en pudeur. Des personnages forts. Aussi bien dans la tendresse que la méchanceté. Des personnages d’une grande timidité. D’une grande tendresse. D’une grande candeur. Des personnages d’une haine débordante. D’une misérable haine capable de bouleverser les vies environnantes.

Loin des fauves  est l’histoire d’êtres humains. D’un humain. Un homme qui révèle des sentiments. Des vies. Un homme qui se révèle aux autres. A lui-même. Un homme qui retrouve une raison de vivre. Un homme qui retrouve sa vie. Qui retrouve une sensation de vivre. Un homme qui se retrouve. Tout simplement.

Les pages et les chapitres défilent doucement. Fortement. Rapidement. Ils recèlent une force tendre. Douce. Chaque mot est une référence à la vie. Une référence aux gens de la campagne. Aux gens de la nature. Avec des secrets. Comme tout le monde. Nous nous laissons emporter par le récit. Nous ressentons les mêmes émotions que les personnages. Un voyage dans le temps. Un voyage dans l’espace. Un voyage au bout de soi. Un voyage épique. Romantique. Rustique. Juste une grande escapade dans un monde terriblement humain. Un monde qui sent si bon la vie.

18/20

9791091097314  Autoédition  231 p.  9,99€

Publicités

Paris-Conakry – Valentine Morning & Jean-Pascal Ruiz – 2017

Quatrième de couverture

Une mère sculpteur aimante et loufoque, un meilleur copain aveugle qui devine tout avec son cœur, un vide à la place du père… Telle est la vie d’Hugo, jusqu’à ce qu’une jeune fille aux tresses perlées entre dans sa vie, par un jour de soleil, dans un square de Paris.

Mon avis

Une belle histoire. Une tendre histoire. Celle d’une amitié. Celle d’un amour. Deux jeunes hommes si différents et si proches qui vivent leurs premiers émois amoureux. C’est si beau d’éprouver ses premiers frissons d’amour, ses premiers doutes. Sa première folie d’amour. Si pour l’un l’amour coule en douceur, pour l’autre, l’amour n’est pas un long fleuve tranquille. Comment va t-il la vivre? Que se passera t-il? Eh oui, pour Hugo, la vie va basculer. Et à quel point!

Comme toute histoire d’amour, il y a un moment poignant. Celui où la séparation, la distance s’installe dans un duo amoureux. Quell folie! Quelle faiblesse! Quelle force! Comment agir? Comment survivre à ce moment douloureux? Qu’est prêt à faire Hugo? Que faire quand la douleur, puis le doute s’installent? Ces amoureux contemporains se retrouveront-ils?

Paris-Conakry est écrit avec la légèreté, l’innocence de l’amour. Les mots glissent sur la page. Les chapitres sont courts et nous apprécions cette lecture délicate. Une lecture qui se fait d’un trait et qui n’ôte rien au plaisir éprouvé. C’est un beau roman qui rappellera de tendres souvenirs à de nombreux lecteurs. Un roman d’une forte tendresse.

Ma note 16/20

9782377630134  Yaka Books Editions  193 p. 2€