Civilisation – Le réseau de Seth – Tome 1 Sylvain Sylvestro 2018

Quatrième de couverture

L’histoire se déroule dans un passé lointain, très lointain…. racontant le destin d’une civilisation prise au piège entre sa dépendance de la technologie et des tempêtes de plus en plus violentes et fréquentes. Mais, ces dernières cachent quelque chose d’autre, quelque chose de dangereux, tapie dans l’ombre…. Quel avenir peuvent encore espérer les habitants de Seth? Le dernier continent encore habitable va-t-il subir le même sort que les autres ?

Torik et son amie vont bien malgré eux être entraînés dans une aventure périlleuse pour tenter d’obtenir des réponses.

 

Mon avis 

J’avoue que le titre Civilisation – le Réseau de Seth m’a intriguée. Ce que j’ai découvert va au-delà de mes espérances. Le Réseau. Un grand mystère. Mystère qui gère la vie sur Seth. Tout est calculé. Dosé. Est-ce pour le bien des habitants? Eh oui, le Réseau s’occupe de tout. Mais, quand il n’en a plus la possibilité, que se passe t-il? Difficile d’agir, de prendre des initiatives pour des personnes qui ne savent plus réfléchir par eux-mêmes?

Un monde où tout est automatisé. Sans exception. Un monde où la routine est reine et où les questionnements brillent par leur absence. Elles sont quasi inutiles. Est-ce le monde de demain? En plus, dans ce monde, le climat fait des caprices. A une époque où le réchauffement climatique est un grand enjeu, Civilisation – le Réseau de Seth nous montre une probabilité future. Pas très rassurante.

Torik et Crista, confrontés à l’inédit, nous entrainent dans leur aventure. Il font face à la mort, à l’horreur. Que se passe t-il? Pourquoi ces tempêtes? Quelle en est l’origine? Y a t-il un piège? Que vont découvrir nos héros? Vont-ils réussir à trouver une solution ?Comment vont-ils s’y prendre? Vont-ils réussir à sauver Seth?

Civilisation – le Réseau de Seth est une belle lecture qui nous pousse à nous interroger, sur notre époque où c’est la course à l’Intelligence Artificielle. J’ai passé un agréable moment de lecture. J’ai hâte de découvrir la suite des aventures de Torik et de Cristina.

 

Ma note 16/20

ISBN9781977044181  168 p.

Publicités

Artahe le Dieu ours – Philippe Ward – 2018

Quatrième de couverture

Après dix années passées à Paris, Arnaud revient vivre à Raynat, village pyrénéen moribond. Il retrouve avec émotion Berthe Galy, une vieille femme malade qui a aidé sa grand-mère à l’élever après la mort de ses parents et Cathy, une amie d’enfance qu’un accident a rendue aveugle. Son retour coincide avec l’apparition d’un mystérieux ours qui ne se contente bientôt plus de massacrer des moutons et s’attaque aux hommes.

 

Mon avis

L’histoire d’un retour aux sources comme il en existe tant.  Un retour qui peut être à l’origine de beaucoup de phénomènes. En quelques jours, un choix qui bouleverse la vie d’un homme. Sa perception du monde. Du destin. Le début d’une nouvelle vie. Comme dans tous les villages reculés de France et de Navarre, cette vie est enfouie sous une tonne de secrets.  De non dits. De dires qui n’ont aucun sens. Apparemment. Et si comme le disait le proverbe:  » il n’y a pas de fumée sans feu  » ?

Une légende. Une histoire dans une atmosphère de secrets.  Est-ce le début d’une tragédie? Arnaud, héros bien malgré lui, a t-il eu raison de retourner sur les lieux de son enfance? Fera t-il la part des choses entre les légendes et la réalité? Quel est le secret qui plane sur ce village? Une sorte de chasse au trésor pas si virtuel que ça?

Chaque paragraphe amène son lot de question. D’indices. L’histoire se déroule doucement au rythme d’un village qui n’a peut-être plus d’avenir. Autour d’Artahe, des histoires naissent, s’inventent ou disparaissent dans le terroir de légendes séculaires.

Artahe le dieu ours est un voyage initiatique pour Arnaud. Un voyage à travers l’histoire, les légendes de son village. Un voyage qui l’aidera, sans aucun doute, à se retrouver. A se réconcilier avec le passé de sa terre natale. Son destin est-il lié à Artahe?  Au fait, qui est Artahe? Des questions qui trouveront peut-être réponse. Voici un roman très agréable à lire. C’est une très belle histoire sur fond de terroir. Un très beau moment de lecture.

 

Ma note 17/20

ISBN 9782350686141  Ed. Cairn 283 p.  Broché 17€

 

Le voyage de Kirikoustra – Livre premier -Kirikoustra – 2016

Quatrième de couverture

Kirikoustra, lui qui se voulait devenir, se verra peut-être lu par vous cet autre qui dans vos mains détenez un fragment de son histoire, de notre Histoire.

« A travers les âges, je vous mènerai malgré vous à ce présent que vous avez voulu ignorer. Oh oui, vous qui l’avez chassé, l’Homme Dernier se rappellera aujourd’hui à vous. Alors, un peu de courage, le voyage saura se faire court, et loin de moi l’idée de vous sortir de votre quotidien, seulement le mettrai-je à la lumière de la pensée, de notre pensée! »

Ainsi aura parlé Kirikoustra, lui qui par vous aura toujours voulu être compris….

 

Mon avis

Kirikoustra. Kirikoustra…. Zarathoustra. Dès que j’ai lu la première ligne, j’ai su que j’étais dans mon élément. Ce roman semble déjanté. Illogique. Ecrit sans repères aucun. Que nenni! Il est tout ce qu’il y a de plus logique. Qui n’a jamais, un jour où la vie fait des caprices, pris l’initiative de se refermer sur lui. De s’interroger. De faire un voyage intérieur. Pour se panser. S’aimer. Se protéger. Combien de personnes à notre époque méga connectée, se retrouvent seules. Faces à elles-mêmes et à leur vie.  Des questions. Des réflexions. La vie. La mort. L’absurdité de la vie. L’inéluctabilité de la mort. Questionnements vains. Mais nécessaires.  La liberté de pensée. D’être. De devenir. La liberté, tout simplement. Pas si simple. Pas si évident. Kirikoustra s’analyse. Nous analyse. Partage avec nous ses réflexions. Ses évidences. Ses contradictions qui sont aussi les nôtres.

Quel plaisir! Quel régal! On a l’impression d’assister à une joute oratoire entre Kirikoustra et Zarathoustra. En plus moderne? Pas si sûr. Cette vanité en soi. Ce combat de Titans qui n’en est pas un.  Pourquoi faire une joute verbale alors qu’il suffit juste de se laisser vivre. D’accepter. De supporter.  De se porter. C’est un voyage à l’intérieur de l’Humain. De sa suffisance. De ses faiblesses. De ses forces. De ses peurs. Kirikoustra est la terre. La planète. Notre avenir. Notre existence. Avec brio…. L’Homme est égoïsme. Nombrilisme. Vain. Des soucis du quotidien vécus comme des agressions contre soi. Ô égoïsme quand tu nous tiens!!

Des questions troublantes que  nous nous sommes tous posées sur notre société hyper développée, hyper tout. Ce roman n’est-il pas le fruit de l’égoïsme? Du moi de Kirikoustra? Pourquoi communiquer avec les autres si on veut se laisser vivre et ne pas subir la vie? N’est-ce pas une lutte stérile comme toutes celles qui existent de par le Monde? Combien de vérités, de contre-vérités poussent Kirikoustra à prendre la plume? Ah l’Humain! Kirikoustra se veut déshumanisé. Pourtant il est si humain par ses réflexions. Ses doutes qu’il confie à son alter ego Plume.

Ce livre interroge. Fait sourire à certains moments. Pousse à une réflexion qui se fait en parallèle à Kirikoustra. Une ballade épique à travers le monde de l’Humain et de sa conscience. Une très belle ballade. Un très beau voyage que je conseille à tous les curieux.

 

Ma note 17/20

9782956029113  73 p.  Broché 4,99€  Kindle 0,99

 

Nouvel Horizon – Yann-Cédric Agbodan-Aolio – 2017

Quatrième de couverture

Septembre 2088. S’ouvre pour la13ème année consécutive la sélection des candidats  pour l’admission au programme Nouvel Horizon. Cette nouvelle année sera loin de se dérouler comme les précédentes …

L’humanité est-elle toujours maîtresse de son évolution? Telle est la question que l’on peut se poser en lisant ce livre. Ce roman post-apocalyptique aborde les sujets du transhumanisme et de la biologie synthétique au service de la survie des Hommes immergés dans un monde toujours plus malmené par une Nature  et une Technologie imprévisible.

Mon avis

L’Intelligence Artificielle. Les robots. Leur place dans l’Humanité de demain. Des sujets très actuels. Ce sont les sujets de ce roman. J’adore la science fiction. Elle titille toujours l’imagination. Elle fait voler en éclats les certitudes. J’avoue qu’avec Nouvel Horizon c’était un peu particulier. Le début a été un peu difficile car l’histoire se met en place lentement. J’ai apprécié que l’action se passe en Afrique. C’est assez rare pour le signaler.

Dès le départ, on se trouve face à de nombreux personnages qui aident à tisser l’intrigue. A comprendre que la situation n’est pas aussi idéale qu’elle ne le paraît. Une sorte de huis clos entre initiés. L’histoire se déroule à travers leur discours. Ce qui rend ce roman particulier et intéressant. Et, quand l’action débute, le suspens nous tient jusqu’au bout. Des questions commencent à se poser. Que se passe t-il? Quel est le but de cette mission? Que réserve t-elle à l’Humanité? Est-ce vraiment pour son bien? Peu à peu des vérités voient le jour. Ces candidats sont-ils vraiment ce qu’ils avancent?

Le Monde des Humains dirigé, guidé et assisté par une entité, une Intelligence Artificielle douée de sentiments. Qui est peut-être plus humaine qu’elle ne le pense. Un projet qui tient en haleine le monde entier. Est-ce notre futur? Est-ce l’avenir que nous créons pour nos enfants? Est-ce le monde que nous leur lèguerons? Faut – il l’aide d’une intelligence artificielle pour sauver les terriens? Nouvel Horizon fait réfléchir, surtout à une époque où le réchauffement climatique est un enjeu mondial. Une urgence. On se projette facilement vers l’avenir avec des « si », des « pourquoi », des « comment » car nous nous sentons tous concernés.

Nouvel Horizon m’a laissée dans l’expectative. J’ai vraiment aimé et j’ai eu quelques petites difficultés. J’ai aimé l’histoire, l’intrigue. Mais, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. Pourtant, j’ai passé un très beau moment de lecture (je l’ai lu en une journée). Les chapitres sont courts et la lecture facile.

Nouvel Horizon est un roman qui fait réfléchir sur l’avenir de l’homme sur cette terre qu’ils martyrisent jusqu’à plus soif. A mon humble avis, j’aurais été curieuse de savoir comment vivaient les autochtones à cette époque. Cela aurait été intéressant.  Un roman intrigant, qui questionne et fait réfléchir. Une belle lecture.

Ma note 17/20

ISBN 9781976706790  213 p.  Broché 10€  Kindle 2,99€

Fantôme d’amour – Cyrille Audebert – 2009

Quatrième de couverture

« Excusez-moi Marie, mais… il y a un truc qui me chiffonne… Est-ce qu’il y a votre corps en morceaux dans la valise? » Marie retrouve son immense sourire. Elle ne s’était pas amusée comme cela depuis une éternité.

« A votre avis? »

« A vous voir comme ça, j’ai déjà du mal à vous imaginer morte. Alors, rangée en tranches… c’est plus fort que moi, j’y arrive pas

-Rassurez-vous alors. Je ne suis pas en petits morceaux et encore moins dans la valise. Si un jour vous deviez faire le curieux, vous ne trouveriez pas un puzzle sanguinolent à l’intérieur

-Merci, vous m’enlevez un poids

-oh ne me remerciez pas! je n’y suis pour rien. je n’ai pas choisi. Je ne sais même pas où se trouve mon corps

-c’est possible ça?

-J’en suis la preuve vivante. Enfin… Vivante… »

 

Mon avis

Le titre « Fantôme d’amour » a éveillé mon intérêt. Je ne suis pas déçue. Dès le début, on se trouve pris dans une scène intrigante. Bizarre. Qui interpelle. Que se passe t-il? Le trouble vous prend à la gorge sans que vous sachiez pourquoi. Quel est ce rituel? Etrange!!! A quoi sert – il ? C’est presque un huis – clos. Léger et plein d’humour. Deux êtres aux antipodes l’un de l’autre qui apprennent à se connaître, malgré le fait qu’ils vivent dans deux mondes différents.

Fantôme d’amour est une histoire toute en douceur qui nous laisse accompagner les personnages dans leur quête. Quête de connaissance, de découverte de l’autre. Pas à pas, nous suivons l’histoire de cette découverte commune. Nous assistons à un jeu du chat et de la souris très subtil. D’une extrême douceur. Une recherche afin d’en apprendre plus sur l’autre. Sa vie. Sa situation actuelle.  L’enquête est fine et se déroule avec une touche de tendresse. Deux personnages aussi étranges l’un que l’autre.

Youn est un homme attachant qui semble délirant, mais, si profondément humain. Les personnes qui gravitent autour de lui sont particuliers. Il ont une sorte de tendresse qui les rend uniques. Même la course à la recherche d’un amour évanescent se fait entre délires, rires, ironie. Le tout, en toute tranquillité. Une course poursuite spéciale après un amour spécial. Un amour presque perdu. Existe t-il vraiment? Est-ce un rêve éveillé?

Le style est très léger et plein d’humour. Et cette impression d’être devant un écran et d’assister à la renaissance de deux êtres qui n’auraient jamais dû se rencontrer. C’est si agréable! L’écriture est délicate. Les mots sont aussi légers que l’histoire qu’ils racontent.

Les chapitres sont courts et la lecture agréable et facile. Dès le début, on se sent connecté à Youn cet homme troublant et à son obsession. A son délire qui n’en est peut-être pas un.  Sa douce folie. Fantôme d’amour est superbement écrit. Avec cœur. Avec un brin d’humour. Il fait passer le temps sans que l’on s’en rende compte. Un très bon compagnon de vacances. De voyage. Un très beau moment de lecture.

Ma note 18/20

ISBN 9782952857376  Ed. Sindbadboy  Broché 17€  Kindle 2,99€

L’essence des Ténèbres – Tom Clearlake -2018

Quatrième de couverture

La petite ville de St Marys est frappée par des disparitions d’enfants inexpliquées. Cinq au total, en l’espace de quatre mois. Bien qu’aucun indice formel n’ait été relevé par les forces de police, tout porte à croire qu’il s’agit d’enlèvements. Le FBI est chargé du dossier. L’agent spécial Eliott Cooper est envoyé sur place pour enquêter.

Peu à peu, il va être confronté à des faits qui ne relèveront plus de ses compétences d’agent, mais de sa capacité à lutter contre un mal obscur qui semble s’être emparé des forêts alentour de la ville… et ça n’est que le début de son enquête.

 

Mon avis

Dès le début, on se retrouve dans un monde inquiétant, en compagnie de l’agent Cooper dans les balbutiements d’une enquête. Une enquête qui démarre comme toutes les autres. Rien de spécial. Jusqu’à ce que… Et le monde bascula. L’horreur. L’innommable se révèle  et l’enquête prend un nouveau tournant. Et la terreur fut!

L’essence des ténèbres est un roman prenant. Qui ne laisse aucun moment de répit, même si l’enquête commence en douceur. Puis, fil des pages, le rythme se fait trépidant. Pas le temps de reprendre son souffle. Les pages défilent et ne se ressemblent pas. Pour notre plus grand bonheur. Les questions se posent de plus en plus et notre cerveau entre en ébullition.  Ce cauchemar se terminera t-il? Va t-il se répandre à travers la planète? Qui ou qu’est-ce qui est derrière tout çà? On suit le déroulement de l’histoire à travers les mots. Le monde.

L’essence des Ténèbres se lit facilement. Les chapitres sont courts et nous emportent de plus en plus loin dans la noirceur des hommes, du monde, du désir de pouvoir. Au-delà de l’imaginable. Dans l’amour. Amour puissant qui peut lier à jamais deux âmes. Un amour au-delà de l’inexplicable. Dans ce voyage au tréfonds de l’inconnu, la fin devient une apothéose. La réunion de tout ce qui nous a tenu en haleine.

Un très beau roman. Une histoire vécue comme une course effrénée. Vous ne vous ennuierez pas. Vous accompagnerez les personnages. Vous serez les personnages. Longtemps après avoir lu le mot « fin », vous flotterez encore dans ce monde mystérieux.  L’essence des Ténèbres est un roman fait pour le cinéma. Un roman à emporter partout avec soi, dans son sac. En promenade. En vacances. Vous ne le regretterez pas.

 

Ma note 18/20

ISBN 9782956131618    Ed. Moonlight   462p.  Broché 17,92€  Kindle 2,99€

 

 

Manhattan Marilyn – Philippe Laguerre – 2016

Quatrième de couverture

Ancienne marine en Irak, Kristin Arroyo  découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.

Malheureusement, rien ne se passe comme prévu: une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

 

Mon avis

Qui, dans le monde, ignore cette histoire d’amour d’un président américain et d’une super star hyper sexy? Très peu de personnes, je pense. Le mystère autour de leur mort reste fascinant. Manhattan Marilyn nous offre une version admirable. Et pourquoi ne pas y croire? Juste pour le plaisir… Comment ces mystérieux évènements peuvent-ils impacter notre société actuelle? Quel est le lien? Surtout, quel rapport avec l’héroïne Kristin Arroyo? Qui sont ses ennemis? Pourquoi ces attaques insidieuses?

C’est là toute la beauté, toute la force de ce roman qui débute en douceur. Puis le rythme s’accélère. Une vie des plus normales. Une découverte des plus dangereuses. Et le Monde change de visage. L’inquiétude, la peur, l’adrénaline deviennent le quotidien de Kristin. Un quotidien explosif. En tant que Marine, Kristin pensait avoir tout vu. Tout vécu. Mais, la vie joue parfois des tours pendables.

En lisant Manhattan Marilyn, j’ai pensé à cette information parue il y a quelques années concernant des photos inédites de Marilyn Monroe. Est-ce la base de ce roman où on se laisse porter par l’histoire? Oui, oui, vous devenez Kristin. Vous vous trouvez traqués sans savoir à qui se fier.

Une très belle histoire qui nous fait penser que tous les scenarii sont possibles pour ce conte de fée du XXème siècle. Manhattan Marilyn est un livre qui se vit et se lit facilement au rythme de la traque. Un récit qui vous emporte dès les premiers mots avec un suspens prenant. L’écriture est rythmée et dense et se fait dans une envolée de mots claquants. C’est un excellent roman.  Agréable à lire.

Ma note 17/20

9791090648562   Ed. Critic    348 p.    Broché 19€  Kindle 12,99€

A la table du Roi Soleil – 35 recettes royales et simples – Marie et Françoise de La Forest – 2017

Mon avis

Quel beau livre! Pour une passionnée d’histoire comme moi, c’est un délice. A la table du Roi Soleil fait partie de la collection Cuisine d’histoire. Ce qui augure une superbe collection culinaire. Eh oui, préparez-vous à faire un merveilleux voyage dans l’univers de Roi Soleil.

On plonge dans une époque qui n’est pas méconnue des Français: celle du Roi Soleil, Louis XIV pour ne pas le nommer.  Une époque où l’art culinaire était prise très au sérieux. Elle reflétait la richesse et l’élégance royale. Du point de vue de la table. Des mets. Et même des métiers de la cuisine.

Oui, je l’avoue. Je me suis délectée. En grande gourmande que je suis. En épicurienne. Des mots. Des mets. De l’évolution de la table royale. Des traditions qui perdurent. En effet, vous découvrirez avec bonheur les origines de la présentation de plusieurs menus. L’étymologie des recettes, des plats présentés. Contrairement à ce que l’on peut imaginer, ces derniers étaient très élaborés et très diététiques. Chaque légume, chaque fruit avait sa raison d’être dans le menu. Les habitudes culinaires royales étaient nombreuses et tordent le cou à de nombreux préjugés tels que des leçons de maintien à table qui existaient déjà.

C’est un merveilleux voyage qui vous attend au pays des métiers de bouche. Beaucoup d’entre eux n’existent plus de nos jours. A la table du Roi Soleil vous permettra de les redécouvrir avec plaisir. Dites- moi, savez – vous ce qu’est une perce-pierre? Elles est servie avec une dizaine d’autres mets. Savez – vous qui sont les queux, les galopins, les avertisseurs? J’avoue, qu’avant de l’avoir lu, je n’en avais qu’une vague idée. Je vous laisse le bonheur de les découvrir.

A la table du Roi Soleil est une croisière au pays du plaisir culinaire qui s’enrichit de temps en temps du Français de l’époque. Une pure merveille. J’ai adoré. Cela donne beaucoup d’authenticité aux récits. Ce livre est une invitation au voyage. Un voyage à travers l’histoire. L’histoire de la cuisine royale. De ses recettes. Des hommes dont c’était le métier. Une histoire d’escapades au gré des menus, des traditions de la table. Une histoire dans l’Histoire.

Laissez – vous bercer par le vieux français, les anecdotes de la table royale. Voyagez en compagnie du Roy et de ses serviteurs. Vous ferez de belles découvertes, des rencontres insolites, inestimables et vous saliverez devant des mets fins et variés. Sans oublier les vins, bien sûr.

A la table du Roi Soleil est un beau livre à offrir. A garder précieusement dans sa bibliothèque. Surtout à lire pour avoir de bonnes idées de menus pour les repas de fête. Vous surprendrez vos invités.  C’est un livre à transmettre car la tradition se transmet de génération en génération. Oui, un livre qui est LA tradition culinaire Française. Tout simplement.

Ma note 18/20

ISBN 9791095480051   Les Editions du rêve   155 p.   Broché 35€

Chicago Requiem – Carine Foulon – 2018

Quatrième de couverture

William, issu d’une famille riche et influente, les Henderson, possède un théâtre cerné de speakeasies et de maisons closes. il aide son épouse, Susan à reprendre sa carrière d’actrice malgré la corruption et la prohibition. La sœur de William, Meredith, vient de passer cinq ans en prison. Résolue à se venger de son frère et de tous ceux qu’elle pense responsables de son incarcération, elle s’établit à Miami où elle rencontre un certain Al Capone. Le vaudeville peut alors virer au drame, à la scène comme à la ville.

 

Mon avis

L’Amérique à l’époque de la prohibition. L’époque où de grandes familles dirigeaient l’économie clandestine tout en ayant pignon sur rue. C’est de plein pied qu’on arrive dans cette saga.  Mais, dans un environnement feutré. Une plongée lente et parfois glauque dans une tragédie Shakespearienne.

On découvre chaque membre de la famille Henderson. Des personnages hauts en couleurs. Des femmes fortes. Des femmes de caractère. Pour la plupart. On évolue dans une atmosphère plus ou moins feutrée, à l’époques de personnages mythiques telles que Al Capone, Sarah Bernhardt. Dans un superbe manoir. Dans cette famille boiteuse, il y achicago requiem un canard encore plus boiteux que les autres. Ce canard boiteux du nom de Meredith tentera de régner sur le monde de la pègre.

On assiste à l’éclosion, la mise en place d’une partie du Monde du banditisme sous la houlette d’une femme éprise de vengeance et de reconnaissance. Le côté obscur de l’Amérique pendant la prohibition était violent, sans pitié. La rancœur, la jalousie, l’amour peuvent mener très loin. L’enfer, dit-on, est pavé de bonnes intentions. Dans cette saga, les intentions étaient-elles toujours bonnes?

Dans ce roman, les grands héros de cette époque ne sont que des figurants dans l’histoirechicago requiem de cette dynastie. Chicago Requiem – La Saga des Henderson montre la naissance d’une famille qui verse dans des affaires plus ou moins troubles. Nous découvrons la société de l’époque. Le style de vie où la passion peut parfois faire des ravages. Que va devenir cette famille? Marquera t-elle son époque? Comment?

La lecture se fait facilement bien que les mots soient parfois durs. Forts. Intenses. Violents. Comme le veut l’époque de cette saga. Chaque chapitre nous transporte encore plus loin que le précédent, dans les complots. Dès la première page, cette famille intrigante nous prend dans ses filets et nous emporte dans ses aventures. Nous devenons des spectateurs privilégiés de leur vie trépidante. De ce grand théâtre familial.

Laissez-vous emporter dans les pérégrinations de la famille Henderson. Vous ne lâcherez ce roman qu’à la dernière page. Et encore… Un agréable moment en perspective. Laissez-vous tenter.

Ma note 17/20

ISBN 9781980714477     Broché 16,50€    Kindle 3,99€    388p.

 

Battue – Virginie Vanos – 2013

Quatrième de couverture

De septembre 2000 à mai 2002, Virginie Vanos a été violentée, battue, torturée, humiliée… Mais, aujourd’hui, pour rien au monde, elle ne veut rester confinée dans son statut de victime, c’est pour cela qu’elle a choisi de témoigner… avec ironie et un maximum d’humour…noir.

 

Mon avis

Un sujet très sérieux traité avec beaucoup d’humour. D’auto dérision. Au vu du titre, je m’attendais à sortir les mouchoirs. A hurler en sanglotant à chaque page. Eh bien non. Le récit se fait sur un ton léger, bien que l’histoire, elle, ne le soit pas. Le sujet est actuel. Très actuel.

Une vie chaotique. Orchestrée par une descente aux enfers méthodique. d’abord lente,battue puis de plus en plus précipité. Plus ou moins volontaire. Une vie entre parenthèses. Qui fait réfléchir. Parfois sourire tant l’humour est décapant et l’ironie grinçante.

En lisant Battue!, je m’attendais vraiment à des termes très durs. Ce qui n’est pas le cas. La lecture se fait facilement. J’avoue qu’à certains moments, j’ai presque oublié le thème du roman tant j’ai ri. Je dis bien « presque ». Surtout en lisant les fiches établies sur les différents personnages.

Cependant, en filigrane, la manipulation, les critiques envers le partenaire, les contre-vérités sont présents tout au long du roman.  Ils démontrent bien la difficulté des femmes et des hommes battus à quitter un giron qui n’est plus protecteur. La difficulté à se reconstruire. A ne pas culpabiliser d’avoir accepté de vivre cet enfer. A avoir du mal à accepter son statut de victime.

Battue! est un roman très instructif. Il reste très dur malgré le style léger. Chaque mot est une leçon de survie. De protection précaire. Il faut le lire pour faire voler en éclat les préjugés sur les femmes et les hommes qui subissent ce sort. Ceux pour qui leur foyer n’est plus un abri. Pour qui l’enfer est impossible à relater.

Une lecture fluide. Des mots qui claquent. Résonnent. Sombrent telle la vie de Virginie. Que dis-je? Sa survie. Virginie,  une femme forte. Meurtrie. Rabaissée. Mais combative. Résiliente. Une superbe histoire à partager.

Ma note 17/20

ISBN  9782332551023   Ed. Edilivre 226 p.  Broché 22,50 €