Jelly – Jean-Michel Guieu – 2019

Quatrième de couverture

Jelly, jeune fille diaphane, ne regarde plus les humains dans les yeux. Ni sa mère, Kate, statisticienne dans l’humanitaire. Ni son père, Po, docker sur les ports. À la veille de ses dix-huit ans, elle s’alimente de moins en moins et se réfugie dans une vie imaginaire. La vie de famille est devenue un calvaire. Alors, entre libération et culpabilité, la mère s’en va. Deux mois plus tard, elle retrouvera Jelly, internée dans un hôpital, une infirmière à son chevet. Comment la vie a-t-elle pu noyer l’adolescente, translucide au regard profond, dans l’abysse de l’anorexie ? Cette tragédie marine convoque le mythe de la Méduse pour nous parler de la femme moderne, des standards physiques que lui impose la société, mais surtout, de sa lutte pour s’affranchir de la tutelle des hommes.

Chronique

Une famille quelque part en occident. Une jeune fille comme les autres. Ou presque. Des soucis inhérents à toutes les familles. Une mère souvent absente. Un père hyper présent. Trop? Une jeune femme mal dans sa peau. Comme la plupart des adolescents. En somme, une famille presque normale et un invité indésirable: l’anorexie.

Jelly est une pièce de théâtre qui nous emporte dans les coulisses de cette terrible maladie. Maladie déclenchée par le mal-être, le mal-vivre de Jelly. Jelly une jeune femme à l’humour grinçant. Une adolescente au discours délirant qui cherche à parler de tout sauf de sa maladie. Une jeune fille qui cherche à faire oublier qu’elle ne mange plus. Pourquoi? Quel est le facteur déclenchant de son anorexie? Comment réagit sa famille? Jelly est l’histoire d’une famille harmonieuse. En apparence. Disloquée par ses choix. Par ses projets égoïstes. Egoïsme de chacun des membres.  Aussi Jelly est -elle profondément ravagée et perdue. Perdue dans ses délires. Elle peine à trouver sa place.

Jelly est un histoire avec un fil rouge: le spectre (qui pourrait bien être joué par Fabrice Luchini). Les mots sont truculents et se pavanent à travers la pièce de théâtre. Ils sont forts. Ils sont durs. Enigmatiques. Au fil des pages et des répliques, des mots dits ou non dits, des confessions vraies ou fausses, nous accompagnons la détresse de Jelly. Nous l’accompagnons dans cette tragédie familiale où l’anorexie a pris ses aises. Une famille où les mots ne traduisent pas les pensées. Des pensées qui ne souffrent pas de mots. A travers les personnages, nous nous noyons dans les mirages de leur vie. Dans les douleurs de chacun. Dans le désespoir de chacun. Dans leurs rêves avortés. Dans leurs douleurs tues. Chacun se cherche. Se perd. Tente de se retrouver. Avec désespérance. Et, peut-être se perdre à nouveau? Même Jelly. Surtout Jelly.

Note 17/20

9782343182940   Editions l’Harmattan   Collection En Scène   83 p.   12€

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s